Pouvez-vous faire confiance au Saint-Esprit?

039 peut faire confiance au Saint-Esprit pour la sauver Un de nos aînés m'a récemment dit que la raison principale pour laquelle il avait été baptisé il y a 20 ans était parce qu'il voulait recevoir la puissance du Saint-Esprit afin qu'il puisse surmonter tous ses péchés. Ses intentions étaient bonnes, mais sa compréhension était un peu défectueuse (Bien sûr, personne n'a une compréhension parfaite, nous sommes sauvés par la grâce de Dieu, malgré nos malentendus).

Le Saint-Esprit n'est pas quelque chose que nous pouvons simplement «activer» pour atteindre nos «objectifs de dépassement», une sorte de compresseur pour notre volonté. Le Saint-Esprit est Dieu, il est avec nous et en nous, il nous donne l'amour, la certitude et la communion étroite que le Père nous permet en Christ. Par le Christ, le Père a fait de nous ses propres enfants et le Saint-Esprit nous donne le sentiment spirituel de le reconnaître (Romains 8,16). Le Saint-Esprit nous donne une étroite communion avec Dieu à travers Christ, mais il ne nie pas notre capacité à pécher. Nous aurons toujours de mauvais désirs, de mauvais motifs, de mauvaises pensées, de mauvais mots et de mauvaises actions.

Même si on veut abandonner une certaine habitude, on s'aperçoit qu'on est toujours incapable de le faire. Nous savons que la volonté de Dieu est que nous soyons libérés de ce problème, mais pour une raison quelconque, nous semblons toujours impuissants à nous débarrasser de son influence sur nous.

Pouvons-nous croire que le Saint-Esprit travaille vraiment dans nos vies - surtout quand il semble que rien ne se passe vraiment parce que nous ne sommes pas de très "bons" chrétiens? Si nous continuons à lutter contre le péché, quand il semble que nous ne changeons pas grand-chose du tout, en concluons-nous que nous sommes tellement brisés que même Dieu ne peut pas résoudre le problème?

Bébés et adolescents

Quand nous venons à Christ avec foi, nous naissons de nouveau, créés de nouveau par Christ. Nous sommes de nouvelles créatures, de nouvelles personnes, des bébés en Christ. Les bébés n'ont pas de force, ils n'ont pas de compétences, ils ne se nettoient pas.

En grandissant, ils acquièrent certaines compétences et commencent également à se rendre compte qu’il ya beaucoup de choses qu’ils ne peuvent pas faire, ce qui conduit parfois à la frustration. Ils tripotent avec des crayons et des ciseaux et craignent de ne pas réussir aussi bien qu'un adulte. Mais les accès de frustration n’aident pas - seuls le temps et l’exercice aideront.

Cela vaut également pour notre vie spirituelle. Parfois, les jeunes chrétiens ont une force dramatique pour rompre avec la toxicomanie ou un tempérament chaud. Parfois, les jeunes chrétiens sont immédiatement un «trésor» pour l'église. Après bien plus souvent, il semble que les chrétiens se battent avec les mêmes péchés qu'auparavant, ils ont la même personnalité, les mêmes peurs et frustrations. Ce ne sont pas des géants spirituels.

On nous dit que Jésus a vaincu le péché, mais il semble que le péché nous ait encore en son pouvoir. La nature du péché en nous a été vaincue, mais elle nous traite toujours comme si nous étions son prisonnier. O misérables personnes que nous sommes! Qui nous sauvera du péché et de la mort? Jésus bien sûr (Romains 7,24: 25). Il a déjà gagné - et il a fait de cette victoire notre victoire.

Mais nous ne voyons pas encore la victoire complète. Nous ne voyons pas encore son pouvoir sur la mort, ni la fin complète du péché dans nos vies. Comme le dit Hébreux 2,8, nous ne voyons toujours pas tout ce qui se fait sous nos pieds. Ce que nous faisons - nous faisons confiance à Jésus. Nous avons confiance en sa parole qu'il a remporté la victoire, et nous avons confiance en sa parole que nous sommes victorieux en lui aussi.

Bien que nous sachions que nous sommes purs et purs en Christ, nous aimerions voir des progrès pour surmonter nos péchés personnels. Ce processus peut sembler terriblement lent parfois, mais nous pouvons faire confiance à Dieu pour faire ce qu'il a promis - en nous comme aux autres. Après tout, ce n'est pas notre travail. C'est son agenda, pas le nôtre. Si nous nous soumettons à Dieu, nous devons être prêts à l'attendre. Nous devons être disposés à lui faire confiance pour faire son travail en nous de la manière et à la vitesse qu’il juge convenables.
Les adolescents pensent souvent en savoir plus que leur père. Ils pensent qu'ils savent ce qu'est la vie et qu'ils peuvent tout faire tout seuls (Bien sûr, tous les adolescents ne sont pas comme ça, mais le stéréotype est basé sur certaines preuves).

Nous, chrétiens, pouvons parfois penser d'une manière qui ressemble aux adolescents. Nous pouvons commencer à penser que «grandir» spirituellement est basé sur un comportement correct, ce qui nous amène à penser que notre position devant Dieu dépend de la façon dont nous nous comportons. Si nous nous comportons bien, nous pouvons montrer une tendance à mépriser les autres qui ne sont pas aussi bons que nous. Si nous ne nous comportons pas aussi bien, nous pouvons tomber dans le désespoir et la dépression et croire que Dieu nous a quittés.

Mais Dieu ne nous demande pas de nous rendre justes devant Lui; il nous demande de lui faire confiance, celui qui justifie l'impie (Romains 4,5) qui nous aime et nous sauve pour l'amour du Christ.
En mûrissant en Christ, nous nous reposons plus fermement dans l'amour de Dieu, qui pour nous est montré de la manière la plus élevée en Christ (1 Jean 4,9). En nous y reposant, nous attendons avec impatience le jour qui est décrit dans Apocalypse 21,4: «Et Dieu essuiera toutes les larmes de ses yeux, et la mort ne sera plus, ni la souffrance, ni les cris ou la douleur ne seront plus ; parce que le premier est passé. »

Perfection!

Quand ce jour viendra, Paul, nous serons changés en un instant. Nous deviendrons immortels, impérissables, inévitables (1 Cor. 15,52-53). Dieu rachète l'homme intérieur, pas seulement l'homme extérieur. Il change notre intime, de la faiblesse et de l'impermanence à la gloire et, surtout, à l'absence de péché. Avec le son de la dernière trompette, nous serons transformés en un rien de temps. Nos corps sont rachetés (Romains 8,23), mais plus encore, nous verrons enfin par nous-mêmes comment Dieu nous a créés en Christ (1 Jean 3,2). Nous verrons alors avec clarté la réalité encore invisible que Dieu a rendue réelle en Christ.

Notre ancienne nature de péché a été vaincue et détruite par Christ. En effet, elle est morte. "Car tu es morte", dit Paul, "et ta vie est cachée avec Christ en Dieu." (Col. 3,3). Le péché que nous «tricotons si facilement» et que nous «essayons de jeter» (Hébreux 12,1) ne fait pas partie du nouvel homme que nous sommes en Christ selon la volonté de Dieu. Nous avons une nouvelle vie en Christ. Quand Christ viendra, nous nous verrons enfin comme le Père nous a faits en Christ. Nous nous verrons tels que nous sommes vraiment, parfaits en Christ, qui est notre vraie vie (Colossiens 3,3: 4). Pour cette raison, parce que nous sommes déjà morts et ressuscités avec Christ, nous «tuons» (Verset 5) ce qui est terrestre en nous.

Nous ne surmontons Satan et le péché et la mort que d'une seule manière - par le sang de l'Agneau (Apocalypse 12,11). C'est par la victoire de Jésus-Christ gagné sur la croix que nous avons la victoire sur le péché et la mort, et non par nos luttes contre le péché. Nos luttes contre le péché sont une expression du fait que nous sommes en Christ, que nous ne sommes plus ennemis de Dieu, mais ses amis, par le Saint-Esprit en communion avec lui, qui travaille à la fois en nous, la volonté ainsi que l'accomplissement au plaisir de Dieu (Philippiens 2,13).

Notre lutte contre le péché n'est pas la raison de notre justice en Christ. Il n'apporte pas la sainteté. L'amour et la bonté de Dieu envers nous en Christ est la raison, la seule raison de notre justice. Nous sommes justifiés, rachetés par Dieu par le Christ de tous les péchés et de toute impie parce que Dieu est plein d'amour et de grâce - et pour aucune autre raison. Notre lutte contre le péché est le produit de l'ego nouveau et juste que le Christ nous a donné, et non sa cause. Christ est mort pour nous alors que nous étions encore des pécheurs (Romains 5,8).

Nous détestons le péché, nous combattons le péché, nous voulons éviter la douleur et la souffrance que le péché provoque pour nous et pour les autres parce que Dieu nous a rendus vivants en Christ et que le Saint-Esprit agit en nous. Parce que nous sommes en Christ, nous luttons contre le péché qui "nous unit si facilement" (Hébreux 12,1). Mais nous n'obtenons pas la victoire par nos propres efforts, pas même par nos propres efforts renforcés par le Saint-Esprit. Nous remportons la victoire par le sang du Christ, par sa mort et sa résurrection en tant que fils incarné de Dieu, Dieu dans la chair pour nous.

Dieu a déjà fait tout en Christ ce qui est nécessaire pour notre salut et Il nous a déjà donné tout ce dont nous avons besoin pour la vie et la piété, simplement en nous appelant à le reconnaître en Christ. Il l'a juste fait parce qu'il est incroyablement bon (2 Pierre 1, 2-3).

Le livre de l'Apocalypse nous dit qu'il viendra un temps où il n'y aura plus de cris, plus de larmes, plus de chagrin et plus de douleur - et cela signifie qu'il n'y aura plus de péché, car c'est le péché, la souffrance causé. Soudain, dans un bref instant, les ténèbres vont se terminer et le péché ne pourra plus nous faire croire que nous en sommes toujours les prisonniers. Notre vraie liberté, notre nouvelle vie en Christ brillera éternellement avec lui dans toute sa gloire. En attendant, nous faisons confiance à la promesse faite dans sa promesse - et cela mérite réflexion.

par Joseph Tkach