Satan

111 satan

Satan est un ange déchu, leader des forces perverses dans le monde des esprits. Dans les Écritures, il est abordé de différentes manières: diables, adversaires, malfaiteurs, meurtriers, menteurs, voleurs, tentateurs, accusateurs de nos frères, dragon, dieu de ce monde. Il est constamment en rébellion contre Dieu. Par son influence, il sème la discorde, l’illusion et la désobéissance parmi les hommes. Il est déjà vaincu en Christ et son règne et son influence en tant que Dieu de ce monde se termineront avec le retour de Jésus-Christ. (Peter 10,18 12,9 ;; Lukas 1, la divulgation 5,8 John 8,44;. Job 1,6-12, Sacharja 3,1-2, la divulgation 12,10, 2 Cor 4,4 ;. Apocalypse 20,1-3, l'hébreu 2,14;. 1 Johannes 3,8)

Satan: l'ennemi vaincu de Dieu

Dans le monde occidental d’aujourd’hui, il existe deux tendances malheureuses concernant Satan, le diable, mentionné dans le Nouveau Testament en tant qu’adversaire et ennemi implacable de Dieu. La plupart des gens ignorent le diable ou sous-estiment son rôle dans le chaos, la souffrance et le mal. Pour beaucoup de gens, l'idée d'un vrai diable n'est qu'un vestige de la superstition ancienne, ou au mieux une image du mal dans le monde.

D'autre part, les chrétiens ont adopté des croyances superstitieuses sur le diable, connues sous le prétexte de "guerre spirituelle". Ils accordent au diable une reconnaissance excessive et «lui font la guerre» d'une manière inappropriée pour les conseils que nous trouvons dans les Écritures. Dans cet article, nous voyons quelles informations la Bible nous donne à propos de Satan. Forts de cette compréhension, nous pouvons éviter les pièges des extrêmes mentionnés ci-dessus.

Références de l'Ancien Testament

Isaiah 14,3-23 et Ezekiel 28,1-9 sont parfois considérés comme des descriptions de l'origine du diable en tant qu'ange qui a péché. Certains détails peuvent être compris comme des références au diable. Mais le contexte de ces passages montre que l'essentiel du texte fait référence à la vanité et à l'orgueil des rois humains - les rois de Babylone et de Tyr. Le point dans les deux sections est que les rois sont manipulés par le diable et sont le reflet de ses mauvaises intentions et de sa haine de Dieu. Parler du chef spirituel, Satan, c'est parler dans le même souffle de ses agents humains, les rois. C'est une façon de dire que le diable règne sur le monde.

Dans le livre de Job, une référence aux anges dit qu'ils étaient présents dans la création du monde et remplis d'émerveillement et de joie (Hi 38,7). D'autre part, le Satan de Job 1-2 semble également être un être ange, car il est dit qu'il était parmi les "fils de Dieu". Mais il est l'adversaire de Dieu et de sa justice.

Il est fait référence dans la Bible à des "anges déchus" (2Pt 2,4, Jud 6, Salut 4,18), mais rien d’essentiel sur la manière et les raisons pour lesquelles Satan est devenu l’ennemi de Dieu. Les Ecritures ne nous donnent aucun détail sur la vie des anges, ni sur les "bons" anges, ni sur les anges déchus (aussi appelés démons). La Bible, en particulier le Nouveau Testament, est beaucoup plus intéressée à nous montrer Satan comme quelqu'un qui essaie de contrecarrer le dessein de Dieu. Il est appelé le plus grand ennemi du peuple de Dieu, l'Église de Jésus-Christ.

Dans l'Ancien Testament, Satan ou le diable ne s'appelle pas nommément d'une manière saillante. Cependant, on trouve la conviction que les puissances cosmiques sont en guerre avec Dieu, clairement dans les motivations de leurs côtés. Deux motifs de l'Ancien Testament décrivant Satan ou le diable sont des eaux cosmiques et des monstres. Ce sont des images qui dépeignent le mal satanique qui enserre la terre et lutte contre Dieu. Dans Job 26,12-13, nous voyons Job expliquer que Dieu "a suscité la mer" et "Rahab brisé". Rahab est appelé "un serpent fugitif" (V. 13).

Dans les quelques passages où Satan est décrit dans l'Ancien Testament comme un être personnel, Satan est décrit comme un procureur cherchant à semer et à poursuivre en justice la discorde (Zech. 3,1-2), incitant les gens à pécher contre Dieu (1Chro 21,1 ) et utilise les êtres humains et les éléments pour causer de grandes douleurs et de grandes souffrances (Hi 1,6-19; 2,1-8).

Dans le livre de Job, nous voyons que Satan se réunit avec d'autres anges pour se présenter devant Dieu, comme s'il avait été appelé à un conseil céleste. Il y a d'autres références bibliques à un rassemblement céleste d'êtres angéliques qui affectent les affaires humaines. Dans l'un de ceux-ci, un esprit menteur pousse un roi à partir en guerre (1Kön 22,19-22).

Dieu est décrit comme quelqu'un qui "a brisé les têtes du Léviatan et l'a rendu frugal à la bête sauvage" (Ps 74,14). Qui est Leviatan? Il est le "monstre marin" - le "serpent fugitif" et le "serpent serpentant" que le Seigneur punira "au moment", lorsque Dieu bannit tout le mal de la terre et établit son royaume (Isaiah 27,1).

Le motif de Léviatan en tant que serpent remonte au jardin d'Eden. Ici, le serpent - "le plus habile des animaux sur le terrain" - séduit les gens à pécher contre Dieu, entraînant leur chute (1Mo 3,1-7). Cela conduit à une autre prophétie d'une guerre future entre lui et le serpent, dans laquelle le serpent semble gagner une bataille décisive (un coup de couteau dans le talon de Dieu), pour ensuite perdre le combat (sa tête sera écrasée). Dans cette prophétie, Dieu dit au serpent: "Je mettrai l'inimitié entre vous et la femme, entre votre progéniture et leur progéniture; il vous écrasera la tête et vous le poignarderez au talon "(1Mo 3,15).

Références dans le Nouveau Testament

La signification cosmique de cette déclaration est comprise à la lumière de l'Incarnation du Fils de Dieu en tant que Jésus de Nazareth (Joh 1,1, 14). Nous voyons dans les évangiles que Satan cherche à détruire Jésus d'une manière ou d'une autre à partir du jour de sa naissance jusqu'à sa mort sur la croix. Bien que Satan réussisse à tuer Jésus par ses mandataires humains, le diable perd sa vie par sa mort et sa résurrection.

Après l'Ascension de Jésus, la bataille cosmique se poursuit entre l'Épouse de Christ - le peuple de Dieu - et le diable et ses laquais. Mais les plans de Dieu gagnent et survivent. À la fin, Jésus reviendra et détruira son opposition spirituelle à son égard (1Kor 15,24-28).

Le livre de l’Apocalypse illustre avant tout cette lutte entre les forces du mal dans le monde, conduites par Satan, et les puissances du bien dans l’Église, conduites par Dieu. Dans ce livre plein de symboles, dans le genre littéraire de Apocalypse, deux villes plus grandes que la vie, Babylone et la grande nouvelle Jérusalem représentent deux groupes terrestres en guerre.

Quand la guerre sera finie, le diable ou Satan sera enchaîné dans l'abîme et ainsi empêché de "séduire le monde entier" comme il l'avait fait auparavant (Rom 12,9).

À la fin, nous voyons que le royaume de Dieu triomphe de tout le mal. Il est décrit par une ville idéale - la ville sainte, la Jérusalem de Dieu - où Dieu et l’agneau vivent avec leur peuple dans une paix et une joie éternelles, rendues possibles par la joie mutuelle qu’elles partagent (Rev. 21,15 -27). Satan et tous les pouvoirs du mal sont détruits (Offb 20,10).

Jésus et Satan

Dans le Nouveau Testament, Satan est clairement identifié comme étant l'adversaire de Dieu et de l'humanité. D'une manière ou d'une autre, le diable est responsable de la souffrance et du mal dans notre monde. Dans son ministère de guérison, Jésus a même évoqué les anges déchus et Satan comme étant la cause de la maladie et de l'infirmité. Bien sûr, nous devrions faire attention à ne pas appeler chaque problème ou maladie d'un coup direct de Satan. Néanmoins, il est instructif de noter que le Nouveau Testament n'a pas peur de blâmer le diable et ses cohortes pervers pour de nombreux désastres, y compris des maladies. La maladie est un mal, pas quelque chose qui est ordonné par Dieu.

Jésus a appelé Satan et les esprits déchus "le diable et ses anges" pour qui le "feu éternel" est préparé (Mt 25,41). Dans les évangiles, nous lisons que les démons sont la cause de nombreuses maladies et affections physiques. Dans certains cas, des démons occupaient les esprits et / ou les corps d’êtres humains, entraînant des faiblesses telles que des convulsions, le mutisme, la cécité, la paralysie partielle et divers types de démence.

Luc parle d'une femme qui a rencontré Jésus dans la synagogue, qui "avait pendant dix-huit ans un esprit qui la rendait malade" (Lk 13,11). Jésus les a libérés de leur infirmité et a été critiqué pour avoir guéri un jour de sabbat. Jésus a répondu: "Est-ce que celui-ci, qui est encore la fille d'Abraham, que Satan avait déjà liée pendant dix-huit ans, ne devrait pas être libéré de la chaîne le jour du sabbat?" (V. 16).

Dans d'autres cas, il a révélé que les démons étaient à l'origine d'infirmités, comme dans le cas d'un garçon qui avait de terribles crampes et était devenu fou dès l'enfance (Mt 17,14-19; Mk 9,14-29; Lk 9,37-45). Jésus a simplement commandé à ces démons de quitter les frêles et ils ont obéi. Cela montrait à Jésus qu'il exerçait une autorité complète sur le monde de Satan et des démons. Jésus a donné la même autorité sur les démons à ses disciples (Mt 10,1).

L'apôtre Pierre a parlé du ministère de guérison de Jésus comme étant celui qui libère les gens de maladies et d'infirmités pour lesquelles Satan et ses mauvais esprits sont la cause directe ou indirecte. "Vous savez ce qui s'est passé dans toute la Judée ... lorsque Dieu a oint Jésus de Nazareth avec le Saint-Esprit et le pouvoir; Il a fait du bien et a guéri tous ceux qui étaient au pouvoir du diable, car Dieu était avec lui "(Actes 10,37-38). Cette vision du ministère de guérison de Jésus reflète la conviction que Satan est l'adversaire de Dieu et de sa création, en particulier de l'humanité.

Il fait porter au diable la responsabilité ultime de la souffrance et du péché et le caractérise comme le
"Premier pécheur". Le diable pèche depuis le début "(1Joh 3,8). Jésus appelle Satan le "prince des démons" - le dirigeant des anges déchus (Mt 25,41). Jésus a brisé par son travail de dévotion l'influence du diable sur le monde. Satan est le "fort" dans la maison de (le monde) que Jésus a envahi (Mk 3,27). Jésus a "lié" le fort et "répartit le butin" [emporte ses biens, son royaume].

C'est pourquoi Jésus est venu dans la chair. Jean écrit: "Le Fils de Dieu est apparu pour détruire les œuvres du diable" (1Joh 3,8). Colossiens parle de cette œuvre détruite en termes cosmiques: "Il a dépouillé les pouvoirs de son pouvoir et les a publiquement exposés et fait d'eux un triomphe en Christ" (Col. 2,15).

La lettre aux Hébreux explique plus en détail comment Jésus a réalisé ceci: "Parce que les enfants sont chair et sang, il l'accepta de la même manière, afin de prendre le pouvoir par sa mort sur celui qui avait le pouvoir sur la mort, le diable. et racheté ceux qui, tout au long de leur vie, ont dû être serviteurs par peur de la mort "(Hebr 2,14-15).

Il n'est donc pas surprenant que Satan essaie de détruire le dessein de Dieu dans son Fils, Jésus-Christ. Le but de Satan était de tuer le Verbe incarné, Jésus, quand il était bébé (Offb 12,3, Mt 2,1-18), de le juger au cours de sa vie (Lk 4,1-13), de l'emprisonner et de le tuer (V 13; Lk 22,3-6).

Satan "a eu du succès" dans l'attaque finale sur la vie de Jésus, mais la mort de Jésus et sa résurrection ultérieure ont exposé et condamné le diable. Jésus avait fait un "spectacle public" des voies du monde et du mal présenté par le diable et ses disciples. Il est devenu clair pour tous ceux qui voulaient entendre que seule la voie de l'amour de Dieu est juste.

Grâce à la personne de Jésus et à son œuvre rédemptrice, les plans du diable ont été inversés et il a été vaincu. Ainsi, le Christ a déjà vaincu Satan par sa vie, sa mort et sa résurrection, révélant la honte du mal. La nuit de sa trahison, Jésus a dit à ses disciples: "Si je vais chez le Père ... le prince de ce monde est jugé maintenant" (John 16,11).

Après le retour de Christ, l'influence du diable dans le monde cessera et sa défaite complète sera évidente. Cette victoire sera un changement final et durable à la fin de cet âge (Mt 13,37-42).

Le puissant prince

Au cours de son ministère terrestre, Jésus déclara que "le prince de ce monde serait expulsé" (Joh 12,31) et déclara que ce prince n'avait "aucun pouvoir" sur lui (Joh 14,30). Jésus a vaincu Satan parce que le diable ne pouvait pas le prendre sous son contrôle. Aucune tentation de Satan à Jésus n’a été assez forte pour l’éloigner de son amour pour Dieu et de sa foi en Dieu (Mt 4,1-11). Il a vaincu le diable et volé la possession du "fort" - le monde qu'il a capturé (Mt 12,24-29). En tant que chrétiens, nous pouvons nous reposer dans la foi en la victoire de Jésus sur tous les ennemis de Dieu (et nos ennemis), y compris le diable.

Mais l'Église existe dans la tension du "déjà là, mais pas tout à fait" dans laquelle Dieu continue de permettre à Satan de séduire le monde et de propager la destruction et la mort. Les chrétiens vivent entre le "C'est fait" de la mort de Jésus (Joh 19,30) et "C'est fait", la destruction éventuelle du mal et la venue du royaume de Dieu sur la terre (Rev. 21,6). Satan est toujours autorisé à aller contre le pouvoir de l'évangile. Le diable est toujours le prince invisible des ténèbres et, avec la permission de Dieu, il a le pouvoir de réaliser son dessein.

Le Nouveau Testament nous dit que Satan est le pouvoir dominant du monde diabolique actuel et que les gens le suivent inconsciemment dans son opposition à Dieu. (En grec, le mot "prince" ou "prince" [tel qu'utilisé dans Joh 12,31] est une traduction du mot grec archon, qui désigne le plus haut responsable du gouvernement dans un district ou une ville politique).

L'apôtre Paul déclare que Satan est "le Dieu de ce monde" qui "a aveuglé l'esprit des incroyants" (2Kor 4,4). Paul comprit que Satan pourrait même entraver le travail de l'Église (1Th 2,17-19).

Aujourd'hui, une grande partie du monde occidental ne prête aucune attention à une réalité qui affecte fondamentalement leurs vies et leur avenir - le fait que le diable est un être réel qui essaie de leur nuire à tous les égards et de contrecarrer le but aimant de Dieu. Il est rappelé aux chrétiens de prendre conscience des machinations de Satan afin de pouvoir y résister grâce aux conseils et à la puissance du Saint-Esprit qui habite en eux. (Malheureusement, certains chrétiens sont allés à l'extrême dans une "chasse" à Satan et ont donné par inadvertance une nourriture supplémentaire à ceux qui se moquent de l'idée que le diable est un être réel et pervers.)

L'église est avertie de ne pas se méfier des outils de Satan. Les dirigeants chrétiens, dit Paul, doivent mener une vie digne de l'appel de Dieu à "ne pas se prendre dans l'étau du diable" (1T in 3,7). Les chrétiens doivent se méfier des machinations de Satan et doivent porter l'armure de Dieu "contre les mauvais esprits sous le ciel" (Eph 6,10-12). Ils devraient le faire pour "ne pas être favorisés par Satan" (2Kor 2,11).

Le travail diabolique du diable

Le diable crée un aveuglement spirituel à la vérité de Dieu en Christ de différentes manières. Les fausses doctrines et diverses notions "enseignées par les démons" obligent les gens à "suivre un esprit séducteur", même s'ils ne sont pas conscients de la source ultime de la séduction (1T dans 4,1-5). Une fois aveuglés, les gens sont incapables de comprendre la lumière de l'Évangile, qui est la bonne nouvelle que le Christ nous rachète du péché et de la mort (1Joh 4,1-2; 2Joh 7). Satan est le principal ennemi de l'Évangile, "le malin", qui tente d'inciter les gens à rejeter la bonne nouvelle (Mt 13,18-23).

Satan n'a pas à essayer personnellement de vous séduire. Il peut travailler avec des personnes qui répandent de fausses idées philosophiques et théologiques. Les gens peuvent aussi être asservis par la structure du mal et de la séduction ancrée dans notre société humaine. Le diable peut également utiliser notre nature humaine déchue contre nous, pour que les gens croient qu'ils ont "la vérité" alors qu'en réalité ils ont abandonné ce qui est de Dieu, ce qui est du monde et le diable. Ces personnes croient que leur système de croyance égaré les sauvera (2Th 2,9-10), mais ce qu'elles ont réellement fait, c'est qu'elles ont "trahi la vérité de Dieu" (Rom 1,25). "Le mensonge" semble être bon et vrai parce que Satan se présente et présente son système de croyance de telle sorte que son enseignement agit comme la vérité d'un "ange de lumière" (2Kor 11,14).

De manière générale, Satan est derrière la tentation et le désir de notre nature déchue de pécher, et il est donc appelé le "tentateur" (1Th 3,5; 1Kor 6,5; Apg 5,3). Paul conduit l'église de Corinthe à 1. Moses 3 et l’histoire dans le jardin d’Eden pour les exhorter à ne pas se détourner de Christ, ce que le diable essaie de faire. "Je crains cependant que, comme le serpent trompe Eve avec sa ruse, vos pensées soient également détournées de la simplicité et de la sincérité envers Christ" (2Kor 11,3).

Cela ne signifie pas que Paul croyait que Satan avait personnellement essayé et séduit directement tout le monde. Les gens qui disent, chaque fois qu'ils pèchent, que "le diable m'a fait" ne réalisent pas que Satan utilise le système du mal dans le monde créé par lui et notre nature déchue contre nous. Dans le cas des chrétiens susmentionnés à Thessalonique, cette tromperie d'enseignants qui ont semé les graines de la haine contre Paul aurait pu être obtenue en incitant les gens à croire qu'il les trompait ou dissimulait l'avidité ou tout autre motif impur (1Th 2,3-12). Néanmoins, comme le diable sème la discorde et manipule le monde, derrière tous ceux qui sèment la discorde et la haine se trouve le tentateur lui-même.

Selon Paul, les chrétiens qui ont été séparés de la communauté de l'église à cause du péché sont en fait "remis à Satan" (1Kor 5,5, 1T en 1,20) ou ont "tourné le dos et suivre Satan" (1T en 5,15). Pierre avertit son troupeau: "Sois sobre et regarde; parce que ton adversaire, le diable, se promène comme un lion rugissant et cherche qui il dévore "(1Pt 5,8). Selon Peter, le moyen de vaincre Satan est de "lui résister" (v. 9).

Comment les gens résistent-ils à Satan? James explique: "Alors, soyez soumis à Dieu. Résistez au diable, il vous fuit. Frayez-vous un chemin vers Dieu, alors il vous approchera. Nettoie les mains, pécheurs, et sanctifiez vos cœurs, vous qui êtes instables "(Yak 4,7-8). Nous sommes proches de Dieu lorsque nos cœurs ont une attitude respectueuse de joie, de paix et de gratitude envers lui, nourrie par son esprit intérieur d'amour et de foi.

Les gens qui ne connaissent pas le Christ et ne sont pas guidés par son Esprit (Rom 8,5-17) "vivent selon la chair" (v. 5). Ils sont en phase avec le monde et suivent "l'Esprit qui travaille actuellement aux enfants de la désobéissance" (Eph. 2,2). Cet esprit, identifié ailleurs comme le diable ou Satan, manipule les humains pour qu'ils soient désireux de faire "les désirs de la chair et des sens" (v. 3). Mais par la grâce de Dieu, nous pouvons voir la lumière de la vérité qui est en Christ et la suivre par l’Esprit de Dieu au lieu de tomber inconsciemment sous l’influence du diable, du monde déchu et de notre nature humaine spirituellement faible et pécheur.

La guerre de Satan et sa défaite finale

"Le monde entier est en danger" [est sous le contrôle du diable] écrit Johannes (1Joh 5,19). Mais ceux qui sont enfants de Dieu et disciples du Christ ont appris à "connaître le véridique" (v. 20).

À cet égard, la divulgation 12,7-9 est très dramatique. Dans le motif de guerre de l'Apocalypse, le livre dessine une bataille cosmique entre Michael et ses anges, le dragon (Satan) et ses anges déchus. Le diable et ses laquais ont été vaincus et "leur place n'a plus été trouvée au paradis" (v. 8). Le résultat? "Et le grand dragon, l'ancien serpent, appelé diable et Satan, qui trompe le monde entier, fut jeté dehors, et il fut jeté à terre, et ses anges furent abattus avec lui" (v. 9). L'idée est que Satan continuera sa guerre contre Dieu en persécutant le peuple de Dieu sur la terre.

Le champ de bataille entre le mal (manipulé par Satan) et le bien (dirigé par Dieu) aboutit à une guerre entre Babylone, le Grand (le monde sous le contrôle du diable) et la nouvelle Jérusalem (le peuple de Dieu, que Dieu et l'Agneau). Jésus Christ suit). C'est une guerre destinée à être gagnée par Dieu, car rien ne peut faire échec à son dessein.

À la fin, tous les ennemis de Dieu, y compris Satan, sont vaincus. Le royaume de Dieu - un nouvel ordre mondial - vient sur Terre, symbolisé par la nouvelle Jérusalem dans le livre de l'Apocalypse. Le diable est retiré de la présence de Dieu et son royaume est effacé avec lui (Rev 20,10) et remplacé par le règne d'amour éternel de Dieu.

Nous avons lu ces paroles encourageantes au sujet de la "fin" de toutes choses: "Et j’ai entendu une grande voix du trône, disant: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Et il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et lui-même, Dieu avec eux, sera leur Dieu; et Dieu essuiera toutes les larmes de leurs yeux, et la mort ne sera plus, ni souffrance, ni cri, ni douleur ne seront plus; parce que le premier est passé. Et qui s'est assis sur le trône, a dit: Voici, je fais tout neuf! Et il dit: Écris, car ces mots sont vrais et certains! "(Offb 21,3-5).

Paul Kroll


pdfSatan