contrition

166 regret

contrition (également traduit par «pénitence») envers le Dieu miséricordieux est un changement de cœur, provoqué par le Saint-Esprit et enraciné dans la Parole de Dieu. Le repentir implique la conscience de son propre péché et accompagne une nouvelle vie, sanctifiée par la foi en Jésus-Christ. (Actes 2,38; Romains 2,4; 10,17; Romains 12,2)

Comprendre le remords

Une peur terrible », était la description d'un jeune homme pour sa grande peur que Dieu ne l'ait quitté à cause de ses péchés répétés. "Je pensais l'avoir regretté, mais j'ai continué à le faire", a-t-il déclaré. «Je ne sais même pas si je crois vraiment, car j'ai peur que Dieu ne me pardonne plus. Peu importe à quel point mon repentir est honnête, il ne semble jamais être suffisant. »

Regardons ce que l'évangile signifie vraiment quand il parle de la repentance de Dieu.

Nous commettons la première erreur en essayant de comprendre ce terme en utilisant un lexique général et en regrettant le mot (ou repentir) ouvert. Nous pouvons même avoir un indice sur le fait que les mots individuels doivent être compris en fonction de l'époque à laquelle le lexique a été publié. Mais un dictionnaire du 21e siècle peut difficilement nous expliquer ce qu’un auteur qui, par exemple, B. A écrit des choses en grec qui étaient parlées auparavant en araméen il y a 2000 ans.

Le neuvième New Collegiate Dictionary de Webster regrette ce qui suit: 1) se détourner du péché et s'engager à améliorer la vie; 2a) ressentir du regret ou de la contrition; 2b) Changement d'attitude. L'encyclopédie Brockhaus définit le remords comme suit: "Un acte majeur de repentance ... contient le détournement des péchés commis et l'intention de ne plus pécher."

La première définition de Webster reflète exactement ce que la plupart des religieux pensaient que Jésus voulait dire quand il a dit "repentez-vous et croyez". Ils pensent que Jésus voulait dire que seules les personnes qui arrêtent de pécher et changent de voie sont dans le Royaume de Dieu. En fait, c'est exactement ce que Jésus n'a pas dit.

Erreur générale

En ce qui concerne le repentir, l'erreur est généralement faite que vous pensez que cela signifie arrêter le péché. "Si vous l'aviez vraiment regretté, vous ne l'auriez pas fait à nouveau", est le refrain constant que les âmes troublées ont entendu de la part de conseillers spirituels bien intentionnés et légalement obligés. On nous dit que le repentir, c'est "se retourner et aller dans l'autre sens". Et ainsi cela s'explique dans le même souffle que de se détourner du péché et de se tourner vers une vie d'obéissance à la loi de Dieu.

En imprimant fermement sur cela, les chrétiens avec les meilleures intentions entreprennent de changer leurs habitudes. Ainsi, lors de leur pèlerinage, certaines manières semblent changer, alors que d'autres semblent collées à la colle. Et même les manières changeantes ont la terrible qualité de réapparaître à nouveau.

Dieu est-il satisfait de la médiocrité d'une telle obéissance bâclée? "Non, ce n'est pas le cas", prévient le prédicateur. Et le cycle horrible de dévotion, d'échec et de désespoir qui paralyse l'évangile passe au cycle suivant, comme la roue d'une cage de hamster.

Et c'est précisément lorsque nous sommes frustrés et déprimés à cause de notre incapacité à respecter les normes élevées de Dieu que nous entendons un autre sermon ou lisons un nouvel article sur le "vrai repentir" et le "repentir profond" et que ce repentir est un évitement complet du péché.

Et donc nous replongeons avec dévouement pour essayer de tout faire et nous nous retrouvons toujours avec les mêmes résultats misérables et prévisibles. La frustration et le désespoir continuent donc d'augmenter parce que nous reconnaissons que notre départ du péché est tout sauf "complet".

Et nous arrivons à la conclusion que nous n'avons pas "vraiment regretté" que nos remords n'étaient pas "profonds", ni "sérieux" ni pas "honnêtes". Et si nous ne nous sommes pas vraiment repentis, nous ne pouvons pas non plus avoir une vraie foi, ce qui signifie que nous n'avons pas vraiment le Saint-Esprit en nous, ce qui signifie que nous ne sommes pas vraiment sauvés non plus.

Enfin, nous arrivons au point où nous nous habituons à vivre comme ça, ou nous jetons l'éponge, comme beaucoup l'ont fait, et nous détournons complètement du spectacle médical inefficace que les gens appellent «christianisme».

Sans parler du désastre où les gens croient réellement avoir purifié leurs vies et les avoir rendus acceptables à Dieu - leur condition est bien pire. La repentance de Dieu n'a tout simplement rien à voir avec un moi nouveau et amélioré.

Repens-toi et crois

"Repentez-vous [repentez-vous] et croyez en l'évangile!", Explique Jésus dans Marc 1,15. Le repentir et la foi marquent le début de notre nouvelle vie dans le royaume de Dieu; ils ne le font pas parce que nous avons fait la bonne chose. Ils le marquent parce qu'à ce moment de notre vie, les écailles tombent de nos yeux sombres et nous voyons enfin en Jésus la lumière glorieuse de la liberté des fils de Dieu.

Tout ce qui devait être fait pour que les gens reçoivent le pardon et le salut a déjà été fait par la mort et la résurrection du Fils de Dieu. Il fut un temps où cette vérité nous était cachée. Parce que nous étions aveugles avec elle, nous ne pouvions pas l'apprécier et nous reposer en elle.

Nous sentions que nous devions nous retrouver nous-mêmes dans ce monde et nous avons utilisé toute notre force et tout notre temps pour creuser une ornière dans notre petit coin de vie, comme nous le pouvions.

Toute notre attention était concentrée sur le fait de rester en vie et d'assurer notre avenir. Nous avons travaillé dur pour être respectés et respectés. Nous nous sommes battus pour nos droits, essayant de ne pas être injustement désavantagés par qui que ce soit ou quoi que ce soit. Nous nous sommes battus pour protéger notre bonne réputation et pour que notre famille, nos habakkuk et nos biens soient préservés. Nous avons fait tout notre possible pour que notre vie en vaille la peine, que nous soyons les gagnants et non les perdants.

Mais comme quiconque a déjà vécu, c'était une bataille perdue. Malgré tous nos efforts, nos projets et notre travail acharné, nous ne pouvons pas contrôler nos vies. Nous ne pouvons empêcher les catastrophes et les tragédies, ni les échecs et les douleurs qui nous envahissent du ciel bleu et détruisent nos restes d'espoir et de joie en quelque sorte réparés.

Un jour, pour aucune autre raison que celle-là, qu'il le voulait ainsi, Dieu nous a laissé voir comment les choses fonctionnent réellement. Le monde lui appartient et nous lui appartenons.

Nous sommes morts dans le péché, il n'y a pas d'issue. Nous sommes perdus, des perdants aveugles dans un monde de perdus aveugles, parce que nous n'avons pas le sens de tenir la main du seul qui a le seul moyen de sortir. Mais c’est bien, parce que par sa crucifixion et sa résurrection, il est devenu le perdant pour nous; et nous pouvons devenir gagnants avec lui en nous unissant à sa mort, afin de pouvoir être partenaires de sa résurrection.

En d'autres termes, Dieu nous a donné de bonnes nouvelles! La bonne nouvelle est qu’il a personnellement payé le gros prix de notre folie égoïste, indisciplinée, destructrice et perverse. Il nous a rachetés en retour, nous a lavés et nous a vêtus de justice et nous a fait une place à la table de son festin éternel. Et par cette Parole d'évangile, il nous invite à croire que tel est le cas.

Si vous pouvez reconnaître et croire cela par la grâce de Dieu, alors vous vous êtes repenti. Le regret, voyez-vous, signifie dire: «Oui! Ouais Ouais Je le crois! J'ai confiance en ta parole! Je laisse derrière moi cette vie de hamster courant dans le volant, ce combat sans but, cette mort que je pensais à tort être la vie. Je suis prêt pour ton repos, aide mon incrédulité! »

La repentance est le changement dans votre façon de penser. Cela change votre perspective de vous voir comme le centre de l'univers pour que vous voyiez maintenant Dieu comme le centre de l'univers, confiant votre vie à sa miséricorde. Cela signifie se soumettre à lui. Cela signifie que vous posez votre couronne aux pieds du souverain légitime du cosmos. C'est la décision la plus importante que vous prendrez jamais.

Il ne s'agit pas de morale

Le regret n'est pas une question de morale; il ne s'agit pas d'un bon comportement; il ne s'agit pas de "faire mieux".

La repentance signifie mettre votre confiance en Dieu au lieu de vous, ni votre raison ni vos amis, votre pays, votre gouvernement, vos pistolets, votre argent, votre autorité, votre prestige, votre réputation, votre voiture, votre maison, Votre travail, votre patrimoine familial, votre couleur de peau, votre sexe, votre réussite, votre apparence, vos vêtements, vos titres, vos diplômes, votre église, votre épouse, vos muscles, vos dirigeants, votre QI, votre accent, vos réalisations, les vôtres œuvres caritatives, vos dons, vos faveurs, votre pitié, votre discipline, votre chasteté, votre honnêteté, votre obéissance, votre dévotion, vos disciplines spirituelles, ou tout ce que vous avez à dire sur ce qui vous concerne et que j'ai omis dans cette longue phrase ont.

Le repentir signifie "mettre tout sur une seule carte" - sur la "carte" de Dieu. Cela signifie aller à ses côtés; ce qu'il dit de croire; de faire équipe avec lui, de lui être fidèle.

Le repentir ne concerne pas la promesse d'être bon. Il ne s'agit pas de "retirer le péché de sa vie". Mais cela signifie croire que Dieu a pitié de nous. Cela signifie faire confiance à Dieu pour réparer notre mauvais cœur. Cela signifie croire que Dieu est ce qu'il prétend être - créateur, sauveur, rédempteur, enseignant, seigneur et saint. Et cela signifie mourir - mourir loin de notre pensée compulsive d'être juste et bon.

Nous parlons d'une relation amoureuse - non pas que nous aimions Dieu, mais qu'il nous a aimés (1 Jean 4,10). Il est la source originale de tout ce qui est, vous y compris, et il vous est apparu qu'il vous aime pour qui vous êtes - son enfant bien-aimé en Christ - certainement pas à cause de ce que vous avez ou de ce que vous avez fait ou de votre réputation. ou à quoi vous ressemblez ou toute autre qualité que vous avez, mais simplement parce que vous êtes en Christ.

Soudain, rien n'est plus comme ça. Le monde entier est soudain devenu brillant. Tout votre échec n'est plus important. Tout dans la mort et la résurrection du Christ a été mis en ordre. Votre avenir éternel est assuré, et rien au ciel ou sur la terre ne peut vous enlever votre joie parce que vous appartenez à Dieu pour l'amour du Christ (Romains 8,1.38: 39). Vous le croyez, vous lui faites confiance, vous mettez votre vie entre ses mains; quoi qu'il arrive, peu importe ce que quelqu'un dit ou fait.

Vous pouvez pardonner généreusement, faire preuve de patience et être gentil, même en cas de pertes ou de pertes - vous n'avez rien à perdre; parce que tu as absolument tout gagné en Christ (Éphésiens 4,32-5,1-2). La seule chose qui compte pour vous, c'est sa nouvelle création (Galates 6,15).

Le repentir n'est pas une autre promesse usée et creuse d'être un bon garçon ou une bonne fille. Cela signifie mourir de tous vos grands portraits de vous-même et mettre votre faible main perdante dans la main de l'homme qui a adouci les vagues de la mer (Galates 6,3). Cela signifie venir au Christ pour se reposer (Matthieu 11,28: 30). Cela signifie faire confiance à sa parole de grâce.

L'initiative de Dieu, pas la nôtre

Se repentir, c'est faire confiance à Dieu, être ce qu'il est et faire ce qu'il fait. Le repentir ne concerne pas vos bonnes œuvres par opposition à vos mauvaises œuvres. Dieu, qui est totalement libre d'être ce qu'il veut être, a décidé de pardonner nos péchés dans son amour pour nous.

Soyons absolument clairs à ce sujet: Dieu nous pardonne nos péchés - tous passés, présents et futurs; il ne les affiche pas (Jean 3,17). Jésus est mort pour nous alors que nous étions encore des pécheurs (Romains 5,8). Il est l'agneau sacrificiel et il a été abattu pour nous - pour chacun de nous (1 Jean 2,2).

Vous comprenez que la repentance n'est pas le moyen de faire que Dieu fasse quelque chose qu'il a déjà fait. Cela signifie plutôt de croire qu'il l'a fait - qu'il vous a sauvé la vie pour toujours et qu'il vous a donné un héritage éternel sans prix - et que croire que tel fait l'amour de lui s'épanouit en vous.

"Pardonne-nous nos péchés en pardonnant à ceux qui ont péché contre nous", Jésus nous a appris à prier. S'il nous est apparu que Dieu, pour ses raisons les plus intimes, avait simplement décidé d'écrire nos vies pleines d'arrogance égoïste, tous nos mensonges, toutes nos atrocités, toute notre arrogance, nos désirs, nos trahisons et notre méchanceté - toutes nos mauvaises pensées, nos actes et les plans - alors nous devons prendre une décision. Nous pouvons le louer et le remercier pour son indescriptible amour pour toujours, ou nous pouvons simplement continuer à vivre selon la devise: «Je suis une bonne personne; personne ne pense que ce n'est pas moi »- et continuer la vie d'un hamster courant dans la roue, à laquelle nous sommes tellement attachés.

Nous pouvons croire en Dieu ou l'ignorer ou nous enfuir avec peur. Si nous le croyons, nous pouvons continuer notre chemin dans une amitié joyeuse avec lui (il est l'ami pécheur - tout pécheur, ce qui inclut tout le monde, même les mauvaises personnes et aussi nos amis). Si nous ne lui faisons pas confiance, si nous pensons qu'il ne veut pas ou ne peut pas nous pardonner, alors nous ne pouvons pas vivre avec lui avec joie (et donc pas avec quelqu'un d'autre, sauf les personnes qui se comportent comme nous le voulons). Au lieu de cela, nous le craindrons et finirons par le mépriser (ainsi que toute autre personne qui ne reste pas loin de nous).

Deux faces d'une même pièce

La foi et le regret vont de pair. Lorsque vous faites confiance à Dieu, deux choses se produisent simultanément: vous réalisez que vous êtes un pécheur qui a besoin de la miséricorde de Dieu et que vous choisissez de faire confiance à Dieu pour vous sauver et sauver votre vie. En d'autres termes, si vous placez votre confiance en Dieu, vous vous êtes également repenti.

Dans Actes 2,38, par ex. B., dit Pierre à la foule rassemblée: "Pierre leur dit: Repentez-vous, et chacun de vous sera baptisé au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit." La foi et le repentir font donc partie d'un ensemble. Lorsqu'il a dit «repenti», il a également fait référence à «croyance» ou «confiance».

Dans la suite de l'histoire, Pierre dit: "Repentez-vous et tournez-vous vers Dieu ..." Ce tournant vers Dieu se détourne en même temps de soi. Cela ne signifie pas que vous maintenant

sont moralement parfaits. Cela signifie se détourner de ses ambitions personnelles pour être digne de Christ et mettre sa foi et son espoir en sa parole, sa bonne nouvelle, dans sa déclaration que son sang est pour votre salut, votre pardon, votre résurrection et votre bénédiction. l'héritage éternel a coulé.

Si vous faites confiance à Dieu pour le pardon et le salut, alors vous vous êtes repenti. La repentance envers Dieu est un changement de votre propre façon de penser et influence votre vie entière. La nouvelle façon de penser est la manière de croire que Dieu fera ce que vous ne pourriez pas faire en un million de vies. La repentance n'est pas un changement d'imperfection morale en perfection morale - vous êtes incapable de le faire.

Les cadavres ne progressent pas

Du fait que vous êtes mort, vous ne pouvez pas devenir moralement parfait. Le péché vous a tué, comme Paul l'explique dans Éphésiens 2,4: 5. Mais bien que tu sois mort dans tes péchés (être mort est ce que vous avez contribué au processus de pardon et de rédemption), Christ vous a fait vivre (C'est ce que le Christ a apporté: à savoir tout).

La seule chose que peuvent faire les morts, c'est qu'ils ne peuvent rien faire. Ils ne peuvent pas être vivants pour la justice ou quoi que ce soit d'autre parce qu'ils sont morts, morts dans le péché. Mais ce sont les morts - et seulement les morts - qui sont ressuscités.

Soulever les morts est ce que fait le Christ. Il ne répand pas de parfum sur les cadavres. Il ne les encourage pas à mettre leurs vêtements de fête et à attendre de voir s'ils feront quelque chose de juste. Ils sont morts, ils ne peuvent rien faire. Jésus n'est pas du tout intéressé par les corps nouveaux et améliorés. Ce que Jésus fait, c'est la réveiller. Encore une fois, les cadavres sont le seul genre de personne qu'il élève. En d'autres termes, le seul moyen d'entrer dans la résurrection de Jésus, sa vie, est d'être mort. Il ne faut pas beaucoup d'effort pour être mort. En fait, aucun effort n'est nécessaire. Et mort est exactement ce que nous sommes.

Le mouton perdu n'a pas pu être retrouvé seul jusqu'à ce que le berger s'occupe de lui et le trouve (Luc 15,1: 7). La pièce perdue n'a pas été retrouvée tant que la femme n'a pas fouillé et trouvée (Vv 8-10). La seule chose qu'ils ont contribué au processus de recherche et de découverte et de la grande fête de la joie devait être perdue. Leur désespoir absolu était la seule chose qui leur permettait de les retrouver.

Même le fils prodigue dans la prochaine parabole (Vv. 11-24) déclare qu'il a déjà été pardonné, qu'il a été racheté et pleinement accepté, simplement par le fait de la grâce généreuse de son père, et non sur la base de son propre plan, comme: «Je serai à moi Retravaillez la grâce ». Son père était désolé pour lui avant d'entendre le premier mot de son discours "Je suis tellement désolé" (V.20).

Lorsque le fils a finalement accepté son état de mort et s'est perdu dans la puanteur d'une porcherie, il était sur le point de découvrir quelque chose d'étonnant qui avait déjà été vrai depuis le début: le père qu'il avait rejeté et déshonoré n'avait jamais cessé de l'aimer passionnément et inconditionnellement.

Son père a simplement ignoré son petit plan d'auto-rachat (Vv 19-24). Et même sans attendre une période d'essai, il l'a réintégré dans ses droits de fils à part entière. Notre état de mort totalement désespéré est donc le seul qui nous permette d'être ressuscité. L'initiative, le travail et le succès de toute l'opération sont de la seule responsabilité du berger, de la femme, du père - Dieu.

La seule chose que nous contribuons au processus de notre résurrection est d'être mort. Cela s'applique à nous spirituellement et physiquement. Si nous ne pouvons pas accepter le fait que nous sommes morts, nous ne pouvons pas accepter le fait que nous avons été ressuscités des morts par la grâce de Dieu en Christ. La repentance consiste à accepter le fait que quelqu'un est mort et reçoit de Dieu sa résurrection en Christ.

Vous voyez, le repentir ne signifie pas produire de bonnes et nobles œuvres, ni que nous essayions de motiver Dieu à nous pardonner à travers quelques discours émotionnels. Nous sommes morts, ce qui signifie que nous ne pouvons absolument rien faire pour contribuer à notre réveil. Il suffit simplement de croire en la bonne nouvelle de Dieu qu'il pardonne et rachète en Christ et ressuscite les morts par son intermédiaire.

Paul décrit ce mystère - ou paradoxe, si vous voulez - de notre mort et de notre résurrection en Christ, dans Colossiens 3,3: "Car vous êtes mort et votre vie est cachée avec Christ en Dieu."

Le secret, ou paradoxe, est que nous sommes morts. Néanmoins, nous sommes vivants en même temps. Mais la vie, qui est glorieuse, n'est pas encore là: elle est cachée avec Christ en Dieu, et elle n'apparaîtra pas comme elle l'est vraiment jusqu'à ce que Christ lui-même apparaisse, comme le dit le verset 4: «Si Christ, ta vie , se révélera, alors vous serez aussi révélé avec lui dans la gloire. »

Christ est notre vie. Quand il apparaîtra, nous apparaîtrons avec lui, car après tout, il est notre vie. Encore une fois: les cadavres ne peuvent rien faire pour eux-mêmes. Vous ne pouvez pas changer. Vous ne pouvez pas "faire mieux". Vous ne pouvez pas vous améliorer. La seule chose qu'ils peuvent faire, c'est être mort.

Cependant, Dieu, qui est lui-même la source de la vie, a une grande joie à ressusciter les morts, et il le fait en Christ (Romains 6,4). Les cadavres ne contribuent absolument à rien de ce processus, sauf leur état de mort.

Dieu fait tout. C'est son travail et seulement le sien, du début à la fin. Cela signifie qu'il existe deux types de cadavres ressuscités: ceux qui reçoivent joyeusement leur salut, et ceux qui préfèrent leur état de mort habituel à la vie, qui, pour ainsi dire, ferment les yeux et se tiennent les oreilles et continuent d'être morts de toutes leurs forces veulent.

Encore une fois, le repentir, c'est dire oui au don de pardon et de salut que Dieu dit que nous avons en Christ. Cela n'a rien à voir avec le repentir ou faire des promesses ou sombrer dans la culpabilité. Oui. Le repentir n'est pas un répéter sans fin "Je suis désolé" ou "Je promets de ne plus jamais le faire". Nous voulons être brutalement honnêtes. Il y a de fortes chances que vous le fassiez à nouveau - sinon comme un véritable acte, au moins dans vos pensées, vos désirs et vos sentiments. Oui, vous êtes désolé, peut-être beaucoup parfois, et vous ne voulez vraiment pas être le genre de personne qui continue de le faire, mais ce n'est pas vraiment le cœur du regret.

Vous vous souvenez que vous êtes mort, et les morts agissent comme des morts. Mais si vous êtes mort dans le péché, vous êtes vivant en Christ en même temps (Romains 6,11). Mais votre vie en Christ est cachée avec lui en Dieu, et elle n'apparaît pas constamment ou très souvent - pas encore. Il ne révèle pas ce que c'est vraiment avant que le Christ lui-même apparaisse.

En attendant, si vous êtes aussi vivant en Christ, vous êtes toujours mort dans le péché pour le moment et l'état de votre mort est aussi bon que jamais. Et c’est précisément ce moi mort, ce soi qui ne peut apparemment pas cesser de se comporter comme un homme mort, qui a été ressuscité de Christ et a été ramené à la vie avec lui en Dieu - pour être révélé quand il est révélé.

À ce stade, la foi entre en jeu. Repentez-vous et croyez en l'évangile. Les deux aspects vont ensemble. Vous ne pouvez pas avoir l'un sans l'autre. Croire la bonne nouvelle que Dieu vous a lavé du sang de Christ, qu'il a guéri votre mort et vous a rendu éternel en son Fils, c'est se repentir.

Et se tourner vers Dieu dans son impuissance totale, son désespoir et sa mort, recevoir son salut gratuit et son salut, signifie avoir la foi - croire en l'évangile. Ils représentent les deux faces d'une même pièce. et c’est une pièce que Dieu ne vous donne pas pour une autre raison, ni pour la seule raison qu'il est juste et miséricordieux envers nous.

Un comportement, pas une mesure

Bien sûr, certains diront que le repentir envers Dieu montrera de bonnes mœurs et un bon comportement. Je ne veux pas discuter à ce sujet. Le problème est plutôt que nous voulons mesurer le remords par l’absence ou la présence d’un bon comportement; et c'est là que réside une incompréhension tragique du remords.

La vérité honnête est que nous manquons de valeurs morales parfaites ou de comportement parfait; et tout ce qui manque à la perfection n'est pas assez bon pour le royaume de Dieu de toute façon.

Nous voulons nous passer de tout non-sens, comme: "Si votre repentir est honnête, vous ne commettrez plus de péché." C'est précisément ce qui n'est pas le facteur décisif du repentir.

La clé de la repentance est un cœur changé, loin de vous-même, de votre propre coin, ne voulant plus être votre propre lobbyiste, votre propre représentant des médias, votre propre représentant syndical et votre avocat de la défense, devant Dieu Trust pour vous tenir à vos côtés, être dans son coin, mourir pour son propre ego et être un enfant aimé de Dieu, à qui il a pardonné et racheté.

Le regret signifie deux choses que nous n'aimons pas naturellement. Tout d'abord, cela signifie faire face au fait que la ligne de chanson "Bébé, tu n'es pas bon" (tu n'es pas bon bébé) nous décrit parfaitement. Deuxièmement, cela signifie faire face au fait que nous ne sommes pas meilleurs que quiconque. Nous sommes tous dans la même ligne avec tous les autres perdants pour la miséricorde que nous ne méritons pas.

En d'autres termes, le regret apparaît dans un esprit humilié. L'esprit humilié est quelqu'un qui n'a aucune confiance en ce qu'il peut faire; il n'a plus d'espoir, il a pour ainsi dire abandonné son esprit, il est mort et s'est mis dans un panier devant la porte de Dieu.

Dites "oui!" au "Oui!" de Dieu

Nous devons renoncer à la croyance erronée selon laquelle le repentir est une promesse de ne plus jamais pécher. Tout d’abord, une telle promesse n’est que de l’air chaud. Deuxièmement, cela n'a aucun sens spirituel.

Dieu vous a donné un «oui» tout-puissant, tonitruant et éternel! proclamé par la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Le repentir est votre «oui!» Répondez au «oui!» De Dieu. C'est le tournant vers Dieu pour recevoir sa bénédiction, sa juste proclamation de votre innocence et de votre salut en Christ.

Accepter son don signifie admettre son état de mort et son besoin de vie éternelle. Cela signifie faire confiance, croire et tenir entre vos mains tout votre ego, votre existence, votre existence - tout ce que vous êtes. Cela signifie se reposer en lui et lui donner vos fardeaux. Pourquoi ne pas profiter et se reposer dans la grâce riche et gaie de notre Seigneur et Rédempteur? Il rachète les perdus. Il sauve le pécheur. Il ressuscite les morts.

Il se tient à nos côtés et, puisqu'il existe, rien ne peut s'interposer entre lui et nous - non, pas même votre misérable péché ou celui de votre prochain. Fais-lui confiance. C'est une bonne nouvelle pour nous tous. Il est la Parole et il sait de quoi il parle!

par J. Michael Feazell


pdfcontrition