l'assurance du salut

118 tranquillité d'esprit

La Bible affirme que tous ceux qui restent dans la foi de Jésus-Christ seront sauvés et que rien ne leur sera jamais enlevé par la main de Christ. La Bible souligne la fidélité infinie du Seigneur et la suffisance absolue de Jésus-Christ pour notre salut. Il souligne également l'amour éternel de Dieu pour tous les peuples, appelant l'évangile la puissance de Dieu pour le salut de tous les croyants. En possession de cette assurance du salut, le croyant est invité à rester ferme dans la foi et à grandir dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus. (John 10,27-29; 2 Cor 1,20-22 ;. 2 Timothy 1,9 ;. 1 Cor 15,2 ;. Hebrew 6,4-6; John 3,16; Romans 1,16; Hebrew 4,14;. 2 Petrus 3,18)

Et la «sécurité éternelle»?

La doctrine de la «sécurité éternelle» est appelée «persévérance des saints» dans le langage théologique. Dans le langage courant, il est décrit par l'expression «une fois sauvé, toujours sauvé» ou «une fois chrétien, toujours chrétien».

De nombreuses Écritures nous donnent la certitude que nous avons déjà le salut, bien que nous devions attendre que la résurrection hérite enfin de la vie éternelle et du royaume de Dieu. Voici quelques termes utilisés par le Nouveau Testament:

Wer glaubt, der hat das ewige Leben (Johannes 6,47) … wer den Sohn sieht und glaubt an ihn, das ewige Leben habe; und ich werde ihn auferwecken am Jüngsten Tage (Johannes 6,40) … und ich gebe ihnen das ewige Leben, und sie werden nimmermehr umkommen, und niemand wird sie aus meiner Hand reissen (Johannes 10,28)... So gibt es nun keine Verdammnis für die, die in Christus Jesus sind (Römer 8,1) … [Nichts] kann uns scheiden von der Liebe Gottes, die in Christus Jesus ist, unserm Herrn (Römer 8,39)… [Christus] wird euch auch fest erhalten bis ans Ende (1. Korinther 1,8) … Aber Gott ist treu, der euch nicht versuchen lässt über eure Kraft (1. Korinther 10,13)… der in euch angefangen hat das gute Werk, der wird's auch vollenden (Philipper 1,6)… Wir wissen, dass wir aus dem Tod in das Leben gekommen sind (1 Jean 3,14).

La doctrine de la sécurité éternelle repose sur de telles assurances. Mais il y a un autre côté qui concerne le salut. Il semble également y avoir des avertissements que les chrétiens peuvent tomber à la merci de Dieu.

Christen werden gewarnt: «Darum, wer meint, er stehe, mag zusehen, dass er nicht falle» (1 Corinthiens 10,12). Jesus sagte: «Wachet und betet, dass ihr nicht in Versuchung fallt!» (Markus 14,28), und «die Liebe wird in vielen erkalten» (Matthäus 24,12). Der Apostel Paulus schrieb, dass einige in der Kirche «am Glauben

Schiffbruch erlitten haben» (1 Timothée 1,19). Die Kirche in Ephesus wurde gewarnt, dass Christus ihren Leuchter entfernen und die lauwarmen Laodizäer aus seinem Munde ausspeien würde. Besonders schrecklich ist die Ermahnung in Hebräer 10,26-31:

«Parce que si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, nous n'avons pas d'autre sacrifice pour les péchés, mais rien de plus qu'une terrible attente pour le jugement et le feu cupide qui dévorera les adversaires. Si quelqu'un enfreint la loi de Moïse, il doit mourir sans pitié pour deux ou trois témoins. Selon vous, combien de punitions plus sévères mériteraient-elles s'il foulait les pieds le Fils de Dieu et considérait le sang de l'alliance comme impur, par lequel il avait été sanctifié et injuriait l'esprit de grâce? Parce que nous connaissons celui qui a dit: La vengeance est à moi, je veux rembourser, et encore: Le Seigneur jugera son peuple. C'est terrible de tomber entre les mains du Dieu vivant. »

Aussi l'hébreu 6,4-6 nous donne à considérer:
«Parce qu'il est impossible pour ceux qui ont été une fois éclairés et goûtés, qui ont reçu le don céleste et qui partagent l'Esprit Saint et qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les pouvoirs du monde futur et qui sont ensuite retombés de se renouveler à nouveau pour se repentir , parce qu'ils crucifient à nouveau le Fils de Dieu pour eux-mêmes et s'en moquent. »

Donc, il y a une dualité dans le Nouveau Testament. Beaucoup de versets sont positifs sur le salut éternel que nous avons en Christ. Ce salut semble sans danger. Mais de tels versets sont adoucis par quelques avertissements qui indiquent apparemment que les chrétiens peuvent perdre leur salut par une incrédulité persistante.

Étant donné que la question du salut éternel ou de la question de savoir si les chrétiens sont en sécurité - c'est-à-dire, une fois qu'ils sont sauvés, ils sont toujours sauvés - se pose généralement à cause d'écritures telles que Hébreux 10,26: 31, examinons de plus près ce passage. La question est de savoir comment interpréter ces versets. À qui l'auteur écrit-il, et quelle est la nature de "l'incrédulité" du peuple et qu'ont-ils adopté?

Schauen wir uns zuerst die Botschaft des Hebräerbriefes als Ganzes an. Der Kern dieses Buches ist die Notwendigkeit, an Christus als völlig ausreichendes Opfer für die Sünden zu glauben. Es gibt keine Konkurrenten. Der Glaube muss auf ihm allein beruhen. Die Klärung der Frage des möglichen Verlustes des Heils, die Vers 26 hervorruft, liegt im letzten Vers dieses Kapitels: «Wir aber sind nicht von denen, die zurückweichen und verdammt werden, sondern von denen, die glauben und die Seele erretten» (V. 26). Einige weichen zurück, aber diejenigen, die in Christus bleiben, können nicht verloren gehen.

Dieselbe Zusicherung für die Gläubigen findet man in den Versen vor Hebräer 10,26. Christen haben Zuversicht, durch das Blut Jesu in Gottes Gegenwart zu sein (V. 19). Wir können uns Gott in vollkommenem Glauben nähern (V. 22). Der Verfasser ermahnt die Christen mit folgenden Worten: «Lasst uns festhalten an dem Bekenntnis der Hoffnung und nicht wanken; denn er ist treu, der sie verheissen hat» (V. 23).

Eine Möglichkeit, diese Verse in Hebräer 6 und 10 über das «Abfallen» zu verstehen, liegt darin, den Lesern hypothetische Szenarien zu geben, um sie zu ermutigen, in ihrem Glauben standhaft zu bleiben. Schauen wir uns z.B. Hebräer 10,19-39 an. Die Menschen, zu denen er spricht, haben durch Christus «die Freiheit zum Eingang in das Heiligtum» (V. 19). Sie können «hinzutreten zu Gott» (V. 22). Der Autor sieht diese Menschen als solche, die «an dem Bekenntnis der Hoffnung festhalten» (V. 23). Er möchte sie zu noch grösserer Liebe und zu grösserem Glauben anreizen (V. 24).

Als Teil dieser Ermutigung zeichnet er ein Bild, was jenen zustossen könnte – nach der erwähnten Theorie hypothetisch –, die «mutwillig in der Sünde beharren» (V. 26). Trotzdem sind die Menschen, die er anspricht, diejenigen, die «erleuchtet waren» und die während der Verfolgung treu geblieben waren (V. 32-33). Sie haben ihr «Vertrauen» auf Christus gesetzt, und der Autor ermutigt sie, im Glauben auszuharren (V. 35-36). Schliesslich sagt er von den Menschen, an die er schreibt, dass wir nicht von denen sind, die zurückweichen und verdammt werden, sondern von denen, die glauben und die Seele erretten» (V. 39).

Beachten wir auch, wie der Autor seine Warnung über das «Abfallen vom Glauben» in Hebräer 6,1-8 beendet: «Obwohl wir aber so reden, ihr Lieben, sind wir doch überzeugt, dass es besser mit euch steht und ihr gerettet werdet. Denn Gott ist nicht ungerecht, dass er vergässe euer Werk und die Liebe, die ihr seinem Namen erwiesen habt, indem ihr den Heiligen dientet und noch dient» (V. 9-10). Der Autor führt weiter aus, dass er ihnen diese Dinge gesagt hat, damit sie «denselben Eifer beweisen, die Hoffnung festzuhalten bis ans Ende» (V. 11).

En termes hypothétiques, il est possible de parler d'une situation dans laquelle une personne qui avait une foi authentique en Jésus peut la perdre. Mais si cela n’était pas possible, l’avertissement serait-il approprié et efficace?

Können Christen in der realen Welt ihren Glauben verlieren? Christen können in dem Sinne «abfallen», dass sie Sünden begehen (1 Jean 1,8: 2,2). Sie können in bestimmten Situationen geistlich träge werden. Aber führt dies manchmal zu einem «Abfall» für diejenigen, die echten Glauben an Christus haben? Dies geht aus der Heiligen Schrift nicht völlig klar hervor. In der Tat, wir können die Frage stellen, wie jemand «wirklich» in Christus sein und gleichzeitig «abfallen» kann.

La position de l'église, telle qu'elle est exprimée dans les croyances, est la suivante: il ne peut jamais être arraché à des personnes qui ont la foi durable que Dieu a donnée à Christ. En d'autres termes, lorsque la foi d'une personne est centrée sur Christ, elle ne peut pas être perdue. Tant que les chrétiens tiennent cette confession d'espoir, leur salut est assuré.

La question de la doctrine du «une fois sauvé, toujours sauvé» concerne la question de savoir si nous pouvons perdre notre foi en Christ. Comme mentionné précédemment, la lettre aux Hébreux semble décrire des personnes qui avaient au moins une "foi" initiale mais qui risquaient de la perdre.

Mais cela prouve ce que nous avons dit dans le paragraphe précédent. Le seul moyen de perdre le salut est de rejeter le seul moyen de salut - la foi en Jésus-Christ.

Der Hebräerbrief handelt in erster Linie über die Sünde des Unglaubens an Gottes Erlösungswerk, das er durch Jesus Christus vollbrachte (siehe z.B. Hebräer 1,2; 2,1-4; 3,12. 14; 3,19-4,3; 4,14). Hebräer, Kapitel 10, geht in Vers 19 auf dramatische Weise auf diese Frage ein, und stellt fest, dass wir durch Jesus Christus Freiheit und volle Zuversicht haben.

Le verset 23 nous exhorte à adhérer à la confession de notre espoir. Nous savons certainement ce qui suit: tant que nous conservons la confession de notre espoir, nous sommes tout à fait sûrs et ne pouvons pas perdre notre salut. Cette confession comprend notre foi en la réconciliation du Christ pour nos péchés, notre espoir d'une vie nouvelle en lui et notre fidélité continue à lui dans cette vie.

Souvent, ceux qui utilisent le slogan «une fois sauvé, toujours sauvé» ne comprennent pas ce qu'ils entendent par là. Cette formulation ne signifie pas qu'une personne a été sauvée simplement parce qu'elle a dit quelques mots sur le Christ. Les gens sont sauvés lorsqu'ils reçoivent le Saint-Esprit, lorsqu'ils sont nés de nouveau dans une nouvelle vie en Christ. La vraie foi se manifeste par la fidélité au Christ, ce qui signifie que nous ne vivons plus pour nous-mêmes mais pour le Rédempteur.

Das Endergebnis ist, dass wir sicher in Christus sind, solange wir fortfahren, in Jesus zu leben (Hébreux 10,19: 23). Wir haben die volle Gewissheit des Glaubens in ihm, weil er es ist, der uns rettet. Wir müssen uns nicht Sorgen machen und die Frage stellen. «Werde ich es schaffen?» In Christus haben wir Sicherheit – wir gehören ihm und sind gerettet, und nichts kann uns seiner Hand entreissen.

La seule façon de nous perdre est de frapper notre sang et de décider que nous n'en avons pas besoin à la fin et que nous sommes autosuffisants. Si c'était le cas, nous ne nous inquiéterions pas de toute façon de notre salut. Tant que nous restons fidèles en Christ, nous avons l'assurance qu'il achèvera le travail qu'il a commencé en nous.

La chose réconfortante est la suivante: nous n'avons pas à nous soucier de notre salut et à dire: "Que se passe-t-il si j'échoue?" Nous avons déjà échoué. C'est Jésus qui nous sauve et il n'échoue pas. Pouvons-nous ne pas l'accepter? Oui, mais en tant que chrétiens guidés par l'esprit, nous n'avons pas manqué de l'accepter. Une fois que nous avons accepté Jésus, le Saint-Esprit vit en nous, qui nous transforme à son image. Nous avons de la joie, pas de la peur. Nous sommes en paix, nous n'avons pas peur.

Si nous croyons en Jésus-Christ, nous cessons de nous inquiéter de savoir si «nous pouvons le faire». Il "l'a fait" pour nous. Nous y reposons. Nous cessons de nous inquiéter. Nous avons la foi et lui faisons confiance, pas nous-mêmes. Par conséquent, la question de savoir si nous pouvons perdre notre salut ne nous tourmente plus. Pourquoi? Parce que nous croyons que l'œuvre de Jésus sur la croix et sa résurrection est tout ce dont nous avons besoin.

Dieu n'a pas besoin de notre perfection. Nous avons besoin de lui, et il nous l'a donné gratuitement comme cadeau par la foi en Christ. Nous n'échouerons pas parce que notre salut ne dépend pas de nous.

En résumé, l'Église croit que ceux qui restent en Christ ne peuvent pas être perdus. Vous êtes "toujours en sécurité". Mais cela dépend de ce que les gens veulent dire quand ils disent "une fois sauvés, toujours sauvés".

En ce qui concerne la doctrine de la prédestination, nous pouvons résumer la position de l'église en quelques mots. Nous ne croyons pas que Dieu a toujours déterminé qui sera perdu et qui ne le sera pas. L’Église est d’avis que Dieu prendra des dispositions équitables pour tous ceux qui n’ont pas reçu l’Évangile dans cette vie. Ces personnes seront jugées sur la même base que nous, c'est-à-dire qu'elles placent leur fidélité et leur foi en Jésus-Christ.

Paul Kroll


pdfl'assurance du salut