l'assurance du salut

118 tranquillité d'esprit

La Bible affirme que tous ceux qui restent dans la foi de Jésus-Christ seront sauvés et que rien ne leur sera jamais enlevé par la main de Christ. La Bible souligne la fidélité infinie du Seigneur et la suffisance absolue de Jésus-Christ pour notre salut. Il souligne également l'amour éternel de Dieu pour tous les peuples, appelant l'évangile la puissance de Dieu pour le salut de tous les croyants. En possession de cette assurance du salut, le croyant est invité à rester ferme dans la foi et à grandir dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus. (John 10,27-29; 2 Cor 1,20-22 ;. 2 Timothy 1,9 ;. 1 Cor 15,2 ;. Hebrew 6,4-6; John 3,16; Romans 1,16; Hebrew 4,14;. 2 Petrus 3,18)

Et la «sécurité éternelle»?

La doctrine de la «sécurité éternelle» est appelée «persévérance des saints» dans le langage théologique. Dans le langage courant, il est décrit par l'expression «une fois sauvé, toujours sauvé» ou «une fois chrétien, toujours chrétien».

De nombreuses Écritures nous donnent la certitude que nous avons déjà le salut, bien que nous devions attendre que la résurrection hérite enfin de la vie éternelle et du royaume de Dieu. Voici quelques termes utilisés par le Nouveau Testament:

Celui qui croit a la vie éternelle (Jean 6,47) ... quiconque voit le fils et croit en lui a la vie éternelle; et je vais l'élever le dernier jour (Jean 6,40) ... et je leur donne la vie éternelle et ils ne périront jamais, et personne ne les arrachera de ma main (Jean 10,28) ... Il n'y a donc pas de condamnation pour ceux qui sont en Christ Jésus (Romains 8,1) ... [Rien] ne peut nous séparer de l'amour de Dieu, qui est en Jésus-Christ, notre Seigneur (Romains 8,39) ... [Christ] vous gardera aussi fermement jusqu'à la fin (1 Corinthiens 1,8) ... Mais Dieu est fidèle, qui ne vous laisse pas mettre à l'épreuve vos forces (1 Corinthiens 10,13) ... qui a commencé le bon travail en vous, il l'achèvera également (Philippiens 1,6) ... Nous savons que nous sommes nés de la mort (1 Jean 3,14).

La doctrine de la sécurité éternelle repose sur de telles assurances. Mais il y a un autre côté qui concerne le salut. Il semble également y avoir des avertissements que les chrétiens peuvent tomber à la merci de Dieu.

Les chrétiens sont avertis: "Quiconque se croit debout peut voir qu'il ne tombe pas" (1 Corinthiens 10,12). Jésus a dit: "Veillez et priez pour que vous ne soyez pas tenté!" (Marc 14,28), et «l'amour refroidira dans beaucoup» (Matthieu 24,12). L'apôtre Paul a écrit que certains dans l'église «croient en

Ont subi un naufrage » (1 Timothée 1,19). L'église d'Ephèse a été avertie que le Christ retirerait son chandelier et cracherait les Laodicéens tièdes de sa bouche. L'exhortation dans Hébreux 10,26: 31 est particulièrement terrible:

«Parce que si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, nous n'avons pas d'autre sacrifice pour les péchés, mais rien de plus qu'une terrible attente pour le jugement et le feu cupide qui dévorera les adversaires. Si quelqu'un enfreint la loi de Moïse, il doit mourir sans pitié pour deux ou trois témoins. Selon vous, combien de punitions plus sévères mériteraient-elles s'il foulait les pieds le Fils de Dieu et considérait le sang de l'alliance comme impur, par lequel il avait été sanctifié et injuriait l'esprit de grâce? Parce que nous connaissons celui qui a dit: La vengeance est à moi, je veux rembourser, et encore: Le Seigneur jugera son peuple. C'est terrible de tomber entre les mains du Dieu vivant. »

Aussi l'hébreu 6,4-6 nous donne à considérer:
«Parce qu'il est impossible pour ceux qui ont été une fois éclairés et goûtés, qui ont reçu le don céleste et qui partagent l'Esprit Saint et qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les pouvoirs du monde futur et qui sont ensuite retombés de se renouveler à nouveau pour se repentir , parce qu'ils crucifient à nouveau le Fils de Dieu pour eux-mêmes et s'en moquent. »

Donc, il y a une dualité dans le Nouveau Testament. Beaucoup de versets sont positifs sur le salut éternel que nous avons en Christ. Ce salut semble sans danger. Mais de tels versets sont adoucis par quelques avertissements qui indiquent apparemment que les chrétiens peuvent perdre leur salut par une incrédulité persistante.

Étant donné que la question du salut éternel ou de la question de savoir si les chrétiens sont en sécurité - c'est-à-dire, une fois qu'ils sont sauvés, ils sont toujours sauvés - se pose généralement à cause d'écritures telles que Hébreux 10,26: 31, examinons de plus près ce passage. La question est de savoir comment interpréter ces versets. À qui l'auteur écrit-il, et quelle est la nature de "l'incrédulité" du peuple et qu'ont-ils adopté?

Voyons d'abord le message de la lettre aux Hébreux dans son ensemble. L'essence de ce livre est la nécessité de croire en Christ comme un sacrifice pleinement suffisant pour les péchés. Il n'y a pas de concurrents. La foi doit être basée uniquement sur elle. Le dernier verset de ce chapitre clarifie la question de la perte possible du salut évoquée par le verset 26: "Mais nous ne sommes pas de ceux qui reculent et sont condamnés, mais de ceux qui croient et sauvent l'âme" (V.26). Certains reculent, mais ceux qui restent en Christ ne peuvent pas être perdus.

La même assurance pour les fidèles peut être trouvée dans les versets avant Hébreux 10,26. Les chrétiens sont confiants d'être en présence de Dieu par le sang de Jésus (V.19). Nous pouvons approcher Dieu dans une foi parfaite (V.22). L'auteur exhorte les chrétiens par les mots suivants: «Accrochons-nous à la confession d'espérance et ne faiblissons pas; parce qu'il est fidèle qui lui a promis » (V.23).

Une façon de comprendre ces versets dans Hébreux 6 et 10 sur la «chute» est de donner aux lecteurs des scénarios hypothétiques pour les encourager à rester fermes dans leurs croyances. Par exemple, regardons Hébreux 10,19: 39. Par le Christ, le peuple à qui il parle a «la liberté d'entrer dans le sanctuaire» (V.19). Vous pouvez "aller vers Dieu" (V.22). L'auteur considère ces personnes comme "qui s'accrochent à la confession d'espoir" (V.23). Il veut les inciter à aimer encore plus et à croire (V.24).

Dans le cadre de cet encouragement, il brosse un tableau de ce qui pourrait arriver - hypothétiquement selon la théorie mentionnée - qui "insiste volontairement sur le péché" (V.26). Même ainsi, les personnes auxquelles il s'adresse sont celles qui ont été "éclairées" et qui sont restées fidèles pendant la persécution. (Vv 32-33). Ils mettent leur "confiance" en Christ et l'auteur les encourage à persévérer dans la foi (Vv 35-36). Enfin, il dit du peuple à qui il écrit que nous ne sommes pas de ceux qui reculent et sont condamnés, mais de ceux qui croient et sauvent l'âme » (V.39).

Notons également comment l'auteur met fin à son avertissement sur "l'abandon de la foi" dans Hébreux 6,1: 8: "Bien que nous parlions ainsi, très chers, nous sommes néanmoins convaincus que cela ira mieux avec vous et vous serez sauvé . Parce que Dieu n'est pas injuste d'oublier votre travail et l'amour que vous avez manifesté en son nom en servant et en servant toujours les saints » (Vv 9-10). L'auteur poursuit en disant qu'il leur a dit ces choses afin qu'elles "montrent le même empressement à garder l'espoir jusqu'à la fin" (V.11).

En termes hypothétiques, il est possible de parler d'une situation dans laquelle une personne qui avait une foi authentique en Jésus peut la perdre. Mais si cela n’était pas possible, l’avertissement serait-il approprié et efficace?

Les chrétiens peuvent-ils perdre leur foi dans le monde réel? Les chrétiens peuvent "tomber" dans le sens où ils commettent des péchés (1 Jean 1,8: 2,2). Ils peuvent devenir mentalement lents dans certaines situations. Mais cela mène-t-il parfois à une «chute» pour ceux qui ont une vraie foi en Christ? Cela ne ressort pas entièrement des Écritures. En effet, nous pouvons nous demander comment quelqu'un peut être "réel" en Christ et "tomber" en même temps.

La position de l'église, telle qu'elle est exprimée dans les croyances, est la suivante: il ne peut jamais être arraché à des personnes qui ont la foi durable que Dieu a donnée à Christ. En d'autres termes, lorsque la foi d'une personne est centrée sur Christ, elle ne peut pas être perdue. Tant que les chrétiens tiennent cette confession d'espoir, leur salut est assuré.

La question de la doctrine du «une fois sauvé, toujours sauvé» concerne la question de savoir si nous pouvons perdre notre foi en Christ. Comme mentionné précédemment, la lettre aux Hébreux semble décrire des personnes qui avaient au moins une "foi" initiale mais qui risquaient de la perdre.

Mais cela prouve ce que nous avons dit dans le paragraphe précédent. Le seul moyen de perdre le salut est de rejeter le seul moyen de salut - la foi en Jésus-Christ.

La lettre aux Hébreux traite principalement du péché d'incrédulité dans l'œuvre de salut de Dieu, qu'il a accompli par Jésus-Christ (voir par exemple Hébreux 1,2: 2,1; 4: 3,12-14; 3,19: 4,3; 4,14;). Hébreux, le chapitre 10, aborde cette question de façon dramatique au verset 19, notant que nous avons la liberté et la pleine confiance à travers Jésus-Christ.

Le verset 23 nous exhorte à adhérer à la confession de notre espoir. Nous savons certainement ce qui suit: tant que nous conservons la confession de notre espoir, nous sommes tout à fait sûrs et ne pouvons pas perdre notre salut. Cette confession comprend notre foi en la réconciliation du Christ pour nos péchés, notre espoir d'une vie nouvelle en lui et notre fidélité continue à lui dans cette vie.

Souvent, ceux qui utilisent le slogan «une fois sauvé, toujours sauvé» ne comprennent pas ce qu'ils entendent par là. Cette formulation ne signifie pas qu'une personne a été sauvée simplement parce qu'elle a dit quelques mots sur le Christ. Les gens sont sauvés lorsqu'ils reçoivent le Saint-Esprit, lorsqu'ils sont nés de nouveau dans une nouvelle vie en Christ. La vraie foi se manifeste par la fidélité au Christ, ce qui signifie que nous ne vivons plus pour nous-mêmes mais pour le Rédempteur.

L'essentiel est que nous sommes en sécurité en Christ tant que nous continuons à vivre en Jésus (Hébreux 10,19: 23). Nous avons pleinement confiance en lui car c'est lui qui nous sauve. Nous n'avons pas à nous inquiéter et à poser la question. "Vais-je y arriver?" En Christ, nous avons la sécurité - nous lui appartenons et nous sommes sauvés, et rien ne peut être pris de sa main.

La seule façon de nous perdre est de frapper notre sang et de décider que nous n'en avons pas besoin à la fin et que nous sommes autosuffisants. Si c'était le cas, nous ne nous inquiéterions pas de toute façon de notre salut. Tant que nous restons fidèles en Christ, nous avons l'assurance qu'il achèvera le travail qu'il a commencé en nous.

La chose réconfortante est la suivante: nous n'avons pas à nous soucier de notre salut et à dire: "Que se passe-t-il si j'échoue?" Nous avons déjà échoué. C'est Jésus qui nous sauve et il n'échoue pas. Pouvons-nous ne pas l'accepter? Oui, mais en tant que chrétiens guidés par l'esprit, nous n'avons pas manqué de l'accepter. Une fois que nous avons accepté Jésus, le Saint-Esprit vit en nous, qui nous transforme à son image. Nous avons de la joie, pas de la peur. Nous sommes en paix, nous n'avons pas peur.

Si nous croyons en Jésus-Christ, nous cessons de nous inquiéter de savoir si «nous pouvons le faire». Il "l'a fait" pour nous. Nous y reposons. Nous cessons de nous inquiéter. Nous avons la foi et lui faisons confiance, pas nous-mêmes. Par conséquent, la question de savoir si nous pouvons perdre notre salut ne nous tourmente plus. Pourquoi? Parce que nous croyons que l'œuvre de Jésus sur la croix et sa résurrection est tout ce dont nous avons besoin.

Dieu n'a pas besoin de notre perfection. Nous avons besoin de lui, et il nous l'a donné gratuitement comme cadeau par la foi en Christ. Nous n'échouerons pas parce que notre salut ne dépend pas de nous.

En résumé, l'Église croit que ceux qui restent en Christ ne peuvent pas être perdus. Vous êtes "toujours en sécurité". Mais cela dépend de ce que les gens veulent dire quand ils disent "une fois sauvés, toujours sauvés".

En ce qui concerne la doctrine de la prédestination, nous pouvons résumer la position de l'église en quelques mots. Nous ne croyons pas que Dieu a toujours déterminé qui sera perdu et qui ne le sera pas. L’Église est d’avis que Dieu prendra des dispositions équitables pour tous ceux qui n’ont pas reçu l’Évangile dans cette vie. Ces personnes seront jugées sur la même base que nous, c'est-à-dire qu'elles placent leur fidélité et leur foi en Jésus-Christ.

Paul Kroll


pdfl'assurance du salut