L'Evangile est-il une bonne nouvelle?

Vous savez que l'évangile signifie "bonne nouvelle". Mais voyez-vous vraiment cela comme une bonne nouvelle?

Comme beaucoup d’entre vous, on m’a appris à vivre dans les "derniers jours". Cela m'a donné une vision du monde qui envisageait la fin du monde telle que nous la connaissons aujourd'hui dans "quelques années à peine". Mais si je "me comportais en conséquence", je serais épargné avant la Grande Tribulation.

Heureusement, ce n'est plus le centre de ma foi chrétienne ni le fondement de ma relation avec Dieu. Mais si vous avez cru quelque chose pendant si longtemps, il est difficile de vous en débarrasser complètement. Ce type de vision du monde peut vous rendre dépendant, vous avez donc tendance à voir tout ce qui se passe à travers les lunettes d'une interprétation spéciale des "événements de la fin des temps". J'ai entendu dire que les gens qui sont obsédés par les prophéties du temps de la fin ont été appelés avec humour «apokaholics».

En réalité, ce n'est pas un rire. Ce genre de vision du monde peut être nuisible. Dans des cas extrêmes, cela peut amener les gens à tout vendre, à abandonner toutes relations et à déménager dans un endroit isolé pour attendre l'apocalypse.

La plupart d'entre nous n'iraient pas si loin. Mais une attitude selon laquelle la vie, telle que nous la connaissons, se terminera dans un proche avenir, peut amener les gens à "amortir" la douleur et la souffrance qui les entourent et à se demander: "Quoi de neuf?" Ils regardent tout entourez-les d’une manière pessimiste et devenez plus des observateurs et des juges confortables que des membres du parti qui travaillent pour améliorer les choses. Certains "prophètes-dépendants" vont même jusqu'à refuser de soutenir les secours humanitaires parce qu'ils croient qu'autrement, ils pourraient retarder la fin des temps. D'autres négligent leur santé et celle de leurs enfants et se soucient peu de leurs finances car ils pensent qu'il n'y a pas d'avenir pour eux.

Ce n'est pas la façon de suivre Jésus-Christ. Il nous a appelés à être des lumières dans le monde. Malheureusement, certaines lumières de "chrétiens" semblent être les projecteurs d'un hélicoptère de police patrouillant dans le quartier pour traquer le crime. Jésus veut que nous soyons des lumières dans le sens où nous contribuons à faire de ce monde un meilleur endroit pour les gens qui nous entourent. Je voudrais vous offrir une perspective différente. Pourquoi ne pas croire que nous vivons dans les "premiers jours" au lieu des "derniers jours"?

Jésus ne nous a pas demandé de proclamer le destin et les ténèbres. Il nous a donné un message d'espoir. Il nous a dit de dire au monde que la vie ne fait que commencer au lieu de "la copier". L'évangile parle de lui, de qui il est, de ce qu'il a fait et de ce qui est possible grâce à cela. Lorsque Jésus s'est libéré de sa tombe, tout a changé. Il a fait toutes choses nouvelles. En lui, Dieu a racheté et réconcilié tout dans le ciel et sur la terre (Colossiens 1,16: 17).

Ce merveilleux scénario est résumé dans le soi-disant vers d'or de l'Évangile de Jean. Malheureusement, ce verset est si bien connu que son pouvoir est devenu terne. Mais regardez à nouveau ce verset. Digérez-le lentement et laissez les faits étonnants s'enfoncer vraiment: "Alors Dieu a aimé le monde, qu'il a donné son fils unique pour que tous ceux qui croient en lui ne soient pas perdus, mais aient la vie éternelle" (Jean 3,16).

L'évangile n'est pas un message de malheur et de malheur. Jésus l'a expliqué assez clairement dans le verset suivant: "Car Dieu n'a pas envoyé son fils dans le monde pour juger le monde, mais le monde serait sauvé par lui." (Jean 3,17).

Dieu veut sauver le monde, pas le détruire. C'est pourquoi la vie doit refléter l'espoir et la joie, pas le pessimisme et les craintes inquiétantes. Jésus nous a donné une nouvelle compréhension de ce que signifie être humain. Loin d'être orientés vers l'intérieur, nous pouvons vivre de manière productive et constructive dans ce monde. Si nous en avons l'occasion, nous devons «faire du bien à tous, en particulier à ceux de notre foi» (Galates 6,10). La souffrance au Dafur, les problèmes émergents du changement climatique, les hostilités en cours au Moyen-Orient et tous les autres problèmes plus proches de chez nous sont notre affaire. En tant que croyants, nous devons prendre soin les uns des autres et faire ce que nous pouvons pour aider - et ne pas nous asseoir sur la touche et marmonner avec suffisance de notre part: "Nous vous l'avons dit".

Quand Jésus a été ressuscité des morts, tout a changé - pour tous les hommes - qu'ils le sachent ou non. Notre travail consiste à faire de notre mieux pour que les gens sachent. Tant que le «monde pervers actuel» n'aura pas suivi son cours, nous rencontrerons des oppositions et parfois même des persécutions. Mais nous sommes encore dans les premiers jours. En ce qui concerne l'éternité à venir, ces deux mille premières années de christianisme ne sont qu'un clin d'œil.

Chaque fois que la situation devient dangereuse, les gens pensent naturellement qu'ils ont vécu ces derniers jours. Mais les dangers dans le monde vont et viennent depuis deux mille ans et tous les chrétiens qui étaient absolument sûrs de vivre à la fin des temps avaient tort - à chaque fois. Dieu ne nous a pas donné un moyen infaillible d'avoir raison.

Il nous a donné un évangile d'espoir, un évangile qui doit être connu de tous, à tout moment. Nous avons le privilège de vivre dans les premiers jours de la nouvelle création qui a commencé lorsque Jésus est ressuscité des morts.

Je pense que c'est une vraie raison d'être optimiste, positif et dans les affaires de notre Père. Je pense que vous le voyez aussi.

par Joseph Tkach


pdfL'Evangile est-il une bonne nouvelle?