Matthieu 5: Le sermon sur la montagne <abbr> (Partie 1)

Même les non-chrétiens ont entendu parler du sermon sur la montagne. Les chrétiens entendent de nombreux sermons, mais certaines parties sont difficiles à comprendre et ne peuvent donc pas être utilisées correctement dans la vie.

John Stott a dit ceci:
"Le Sermon sur la montagne est probablement la partie la plus connue des enseignements de Jésus, mais c'est aussi probablement la moins comprise et certainement la moins suivie" (Le message du Sermon sur la montagne, pulsmedien Worms 2010, page 11). Étudions à nouveau le sermon sur la montagne. Peut-être que nous trouverons de nouveaux trésors et nous souviendrons à nouveau des anciens.

Les béatitudes

"Quand il a vu [Jésus] le peuple, il est monté sur une montagne et s'est assis; et ses disciples vinrent à lui. Et il a ouvert la bouche, lui a enseigné et a dit » (Matthieu 5,1: 2). Comme c'est si souvent le cas, la foule a probablement suivi. Le sermon n'était pas seulement pour les disciples. Alors Jésus a demandé aux disciples de diffuser ses enseignements dans le monde entier, et Matthieu les a écrits afin que plus d'un milliard de personnes puissent les lire. Ses enseignements sont destinés à toute personne désireuse de les écouter.

«Heureux ceux qui sont spirituellement pauvres là-bas; parce que le leur est le royaume des cieux » (V.3). Que signifie être «mentalement pauvre»? Vous avez une faible confiance en vous, ne vous intéressez guère aux choses spirituelles? Pas forcément. Beaucoup de Juifs se considéraient comme "les pauvres" parce qu'ils étaient souvent pauvres et comptaient sur Dieu pour subvenir à leurs besoins quotidiens. Donc, Jésus peut avoir voulu dire les fidèles. Mais être «spirituellement pauvre» suggère plus. Les pauvres savent qu'ils n'ont pas l'essentiel. Les pauvres spirituellement savent qu'ils ont besoin de Dieu; ils ressentent un manque dans leur vie. Ils ne se considèrent pas comme faisant une faveur à Dieu en le servant. Jésus dit que le royaume des cieux sera donné à ces personnes telles qu'elles sont. Ce sont les humbles, les dépendants à qui le royaume des cieux est donné. Vous ne faites confiance qu'à la miséricorde de Dieu.

«Heureux ceux qui y souffrent; parce qu'ils devraient être réconfortés » (V.4). Cette déclaration contient une certaine ironie, car le mot «béni» peut aussi signifier «heureux». Les tristes sont heureux, dit Jésus, car au moins cela les console de savoir que leurs besoins ne sont pas permanents. Tout sera redressé. Notez que les Béatitudes ne sont pas des commandements - Jésus ne dit pas que la souffrance est spirituellement bénéfique. Beaucoup de gens souffrent déjà dans ce monde et Jésus dit qu'ils devraient être réconfortés - probablement quand le Royaume des Cieux arrivera.

«Heureux les doux; parce qu'ils seront propriétaires du sol » (V.5). Dans les sociétés anciennes, le pays était souvent éloigné des doux. Mais la façon de faire de Dieu le corrigera également.

"Heureux ceux qui ont faim et soif de justice; car ils devraient être pleins » (V.6). Ceux qui aspirent à la justice et à la justice (le mot grec signifie les deux) sont conservés comme ils le demandent. Ceux qui souffrent du mal et veulent que les choses soient redressées devraient être récompensés. En cet âge, le peuple de Dieu souffre d'injustice; nous aspirons à la justice. Jésus nous assure que nos espoirs ne seront pas vains.

«Heureux les miséricordieux; car ils auront pitié » (V.7). Nous avons besoin de miséricorde le jour du jugement. Jésus dit que c'est pourquoi nous devons être compatissants en ce moment. Cela est contraire au comportement de ceux qui demandent justice et fraudent les autres ou qui demandent miséricorde, mais qui sont eux-mêmes implacables. Si nous voulons avoir une bonne vie, nous devons agir en conséquence.

«Heureux ceux qui ont le cœur pur; car ils verront Dieu » (V.9). Un cœur pur n'a qu'un seul désir. Ceux qui cherchent Dieu seul seront sûrs de le trouver. Notre désir sera récompensé.

«Heureux les paisibles; car ils seront appelés enfants de Dieu » (V.9). Les pauvres ne feront pas valoir leurs droits par la force. Les enfants de Dieu comptent sur Dieu. Nous devons faire preuve de miséricorde et de compassion, pas de colère et de discorde. Nous ne pouvons pas vivre dans le domaine de la justice en agissant injustement. Puisque nous voulons la paix dans le royaume de Dieu, nous devons nous traiter les uns les autres de manière pacifique.

«Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice; parce que le leur est le royaume des cieux » (V.10). Les gens qui se comportent correctement doivent parfois souffrir parce qu'ils sont bons. Les gentils aiment être exploités. Il y a même ceux qui se fâchent contre ceux qui font le bien parce que leur bon exemple fait empirer les mauvaises personnes. Parfois, les justes réussissent à aider les opprimés en affaiblissant les coutumes et les règles sociales qui ont donné le pouvoir aux injustes. Nous ne cherchons pas à être persécutés, mais les justes sont souvent persécutés par de mauvaises personnes. Soyez de bonne humeur, dit Jésus. Tiens bon. Le Royaume des Cieux appartient à ceux qui en font l'expérience.

Alors Jésus se tourne directement vers ses disciples et leur parle avec le mot "vous" à la deuxième personne du pluriel: "Béni sois-tu quand les gens t'insultent et te persécutent à cause de moi et disent toutes sortes de maux contre toi s'ils mentent avec." Soyez heureux et confiant; vous serez richement récompensé au ciel. Parce qu'ils ont aussi persécuté les prophètes qui étaient avant toi » (Vv 11-12).

Il y a un passage important dans ce verset: "pour moi". Jésus attend de ses disciples qu'ils soient persécutés non seulement à cause de leur bon style de vie, mais aussi à cause de leur lien avec Jésus. Par conséquent, soyez heureux et confiant lorsque vous êtes suivi - au moins vos actions devraient être suffisantes pour être remarquées. Vous faites une différence dans ce monde et vous pouvez être sûr qu'il sera récompensé.

Faire une différence

Jésus a également utilisé quelques courtes phrases métaphoriques pour décrire comment ses disciples devraient influencer le monde: «Vous êtes le sel de la terre. Si le sel n'est plus salé, avec quoi devriez-vous le saler? Il ne sert à rien que de le jeter et de le laisser écraser » (V.13).

Si le sel perd sa saveur, il serait inutile car son goût lui donne sa valeur. Le sel est si bon simplement parce qu'il a un goût différent des autres choses. De même, les disciples de Jésus sont dispersés dans le monde - mais s'ils sont égaux au monde, ils ne sont d'aucune utilité.

«Tu es la lumière du monde. La ville située sur une montagne ne peut pas être cachée. Vous n'allumez pas une lumière et la mettez sous un boisseau, mais sur un chandelier; donc ça brille pour tous ceux qui sont dans la maison » (Vv 14-15). Les disciples ne devraient pas se cacher - ils devraient être visibles. Votre exemple fait partie de votre message.

«Alors, que ta lumière brille devant les gens, afin qu'ils puissent voir tes bonnes œuvres et louer ton Père céleste» (V.16). Plus tard, Jésus a critiqué les pharisiens pour avoir voulu être vu pour le bien de leurs œuvres (Mt
6,1).
Les bonnes œuvres doivent déjà être vues, mais pour la gloire de Dieu, pas pour la nôtre.

Meilleure justice

Comment les disciples devraient-ils vivre? Jésus en parle dans les versets 21 à 48. Cela commence par un avertissement: si vous entendez ce que je dis, vous vous demandez peut-être si j'essaie de briser les Écritures. Je ne fais pas ça. Je fais et enseigne exactement ce que les Écritures me dictent. Ce que je vais dire va vous surprendre, mais s'il vous plaît, ne vous méprenez pas.

"Vous ne penserez pas que je sois venu pour dissoudre la loi ou les prophètes; Je ne suis pas venu pour dissoudre, mais pour accomplir » (V.17). Beaucoup de gens se concentrent ici sur la loi et supposent qu'il s'agit de savoir si Jésus veut enlever les lois de l'Ancien Testament. Cela rend très difficile l'interprétation des versets parce que tout le monde convient que Jésus-Christ, dans le cadre de sa mission, a accompli certaines lois qui l'ont rendu inutile. Vous pouvez discuter du nombre de lois affectées, mais tout le monde convient que Jésus est venu abroger au moins certaines d'entre elles.

Jésus ne parle pas de lois (Pluriel!) Mais sur la loi (Singulier!) - Cela signifie à propos de la Torah, les cinq premiers livres des Saintes Écritures. Il parle également des prophètes, une autre section importante de la Bible. Ce verset ne concerne pas les lois individuelles, mais les livres de l'Ancien Testament dans leur ensemble. Jésus n'est pas venu pour abolir l'Écriture, mais pour l'accomplir.

Bien sûr, l'obéissance a joué un rôle, mais c'était plus. Dieu veut que ses enfants fassent plus que suivre les règles. Lorsque Jésus a accompli la Torah, ce n'était pas seulement une question d'obéissance. Il termina tout ce que la Torah avait laissé entendre. Il a fait ce qu'Israël était incapable de faire en tant que nation.

Alors Jésus a dit: "En vérité, je vous le dis: jusqu'à ce que le ciel et la terre passent, la plus petite lettre ne passera même pas la cerise sur le gâteau jusqu'à ce que tout se passe" (V.18). Mais les chrétiens n'ont pas à faire circoncire leurs enfants, ne construisent pas de huttes à feuilles et ne portent pas de fils bleus dans les glands. Tout le monde convient que nous n'avons pas à respecter ces lois. Alors, que veut dire Jésus quand il a dit qu'aucune des lois ne serait violée? N'est-il pas vrai qu'en pratique ces lois ont disparu?

Il y a trois considérations de base pour cela. Tout d'abord, nous pouvons voir que ces lois n'ont pas disparu. Ils sont toujours répertoriés dans la Torah, mais cela ne signifie pas que nous devons les suivre. C'est vrai, mais cela ne semble pas être ce que Jésus voulait dire ici. Deuxièmement, on pourrait dire que les chrétiens observent ces lois et croient en Christ. Nous gardons la loi de la circoncision dans nos cœurs (Romains 2,29) et nous gardons toutes les lois rituelles par la foi. C'est également exact, mais cela ne devrait pas être exactement ce que Jésus disait ici.

Troisièmement, il convient de noter que 1. aucune des lois ne peut devenir obsolète avant que tout ne soit accompli et 2. tout le monde convient qu'au moins certaines des lois ne sont plus valables. Nous concluons donc 3. que tout a été accompli. Jésus a rempli sa mission et la loi de l'ancienne alliance n'est plus valable. Cependant, pourquoi Jésus devrait-il dire "jusqu'à ce que le ciel et la terre passent"?

L'a-t-il simplement dit pour souligner la certitude de ce qu'il a dit? Pourquoi a-t-il utilisé le mot "à" deux fois si un seul d'entre eux était pertinent? Je ne sais pas. Mais je sais qu'il existe de nombreuses lois de l'Ancien Testament que les chrétiens n'ont pas à respecter, et les versets 17-20 ne nous disent pas lesquelles sont affectées. Si nous ne citons que des versets parce que certaines lois nous conviennent, nous abusons de ces versets. Ils ne nous apprennent pas que toutes les lois sont valables pour toujours, car cela ne s'applique pas à toutes les lois.

Ces commandements, c'est quoi?

Jésus continue: "Quiconque perd l'un de ses plus petits commandements et enseigne aux gens de cette façon sera appelé le plus petit du royaume des cieux; mais quiconque le fait et l'enseigne sera ressuscité dans le royaume des cieux » (V.19). Quels sont «ces» commandements? Jésus se réfère-t-il aux commandements de la loi de Moïse ou à ses propres instructions qu'il donnera peu de temps après? Nous devons être conscients du fait que le verset 19 commence par le mot «donc». (au lieu de «maintenant» dans le).

Il existe un lien logique entre les versets 18 et 19. Cela signifie-t-il que la loi restera, si ces commandements doivent être enseignés? Cela impliquerait que Jésus parle de la loi. Mais il y a des commandements dans la Torah qui sont obsolètes et ne devraient plus être enseignés comme des lois. Par conséquent, Jésus ne peut pas parler d'enseigner toutes les lois de l'Ancien Testament. Cela serait en contraste avec le reste du Nouveau Testament.

Il est très probable que la connexion logique entre les versets 18 et 19 soit différente et se concentre davantage sur la partie finale "jusqu'à ce que tout se passe". Cette considération signifierait ce qui suit: toute la loi restera jusqu'à ce que tout se passe et "donc" (puisque Jésus a tout accompli), nous devons enseigner ces lois (les lois de Jésus, que nous lirons sous peu) au lieu des anciennes lois qu'il critique. Cela a plus de sens lorsque vous le regardez dans le contexte du sermon et du Nouveau Testament. Les commandements de Jésus doivent être enseignés (Matthieu 7,24; 28,20). Jésus explique pourquoi: "Car je vous le dis: si votre justice n'est pas meilleure que celle des scribes et des pharisiens, vous ne viendrez pas au royaume des cieux" (V.20).

Les pharisiens étaient connus pour leur stricte obéissance; ils ont même dîné leurs herbes et leurs épices. Mais la vraie justice est une affaire de cœur, de caractère d'une personne et non d'observance de certaines règles. Jésus ne dit pas que notre obéissance à ces lois doit être meilleure, mais l'obéissance doit viser de meilleures lois, ce qu'il expliquera bientôt, car nous savons ce qu'il veut dire.

Mais nous ne sommes pas aussi justes que nous devrions l'être. Nous avons tous besoin de la miséricorde et nous ne venons pas dans le royaume des cieux à cause de notre justice, mais d'une manière différente, comme Jésus l'a dit dans les versets 3-10. Paul l'appelait le don de justice, la justification par la foi, la justice parfaite de Jésus, à laquelle nous participons lorsque nous sommes unis à lui par la foi. Mais Jésus n'explique pas tout ici.

En bref, ne pensez pas que Jésus est venu abolir les écritures de l'Ancien Testament. Il est venu pour faire ce que les Écritures avaient prédit. Chaque loi est restée en vigueur jusqu'à ce que Jésus accomplisse tout ce pour quoi il avait été envoyé. Il nous donne maintenant un nouveau standard de justice pour vivre et enseigner.

par Michael Morrison


pdf Matthew 5: Le sermon sur la montagne (Teil 1)