Que Dieu soit tel qu'il est

462 l'a laissée être dieu comme il est Je pose quelques questions à nous tous qui avons des enfants. "Votre enfant vous a-t-il déjà désobéi?" Si vous avez répondu oui comme tous les autres parents, nous arrivons à la deuxième question: "Avez-vous déjà puni votre enfant pour désobéissance?" Combien de temps a duré la punition? Plus clairement dit: "Avez-vous expliqué à votre enfant que la punition ne prendra pas fin?" Cela semble fou, non?

Nous, parents faibles et imparfaits, pardonnons à nos enfants s’ils désobéissent. Il y a des situations où nous punissons pour une infraction, si nous le jugeons approprié dans une situation donnée. Je me demande combien d’entre nous pensent qu’il est juste de punir leurs propres enfants pour le restant de leurs jours?

Certains chrétiens veulent nous faire croire que Dieu, notre Père céleste, qui n'est ni faible ni imparfait, punit les gens pour toujours et à jamais, même ceux qui n'ont jamais entendu parler de Jésus. Ils disent, Dieu, sois plein de grâce et de miséricorde.

Prenez un moment pour réfléchir à cela, car il y a un grand fossé entre ce que nous apprenons de Jésus et ce que certains chrétiens pensent de la damnation éternelle. Un exemple: Jésus nous commande d'aimer nos ennemis et même de faire du bien à ceux qui nous haïssent et nous persécutent. Certains chrétiens croient que non seulement Dieu déteste ses ennemis, mais les fait littéralement brûler en enfer et cela sans merci et sans relâche pour toute l'éternité.

D'un autre côté, Jésus a prié pour les soldats qui l'ont crucifié: "Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font". Certains chrétiens enseignent que Dieu ne pardonne qu'à quelques-uns qu'Il a prédestiné à leur pardonner avant la création du monde. Si c'était vrai, la prière de Jésus n'aurait pas fait une telle différence, n'est-ce pas?

Une lourde charge

Un jeune leader chrétien a raconté à un groupe d'adolescents une histoire morbide sur la rencontre avec un homme. Lui-même s'est senti obligé de prêcher l'Évangile à cet homme, mais n'a pas réussi à le faire pendant leur conversation. Il a appris plus tard que l'homme était décédé dans un accident de la circulation le même jour. "Cet homme est en enfer maintenant", a-t-il dit aux jeunes adolescents chrétiens aux yeux écarquillés, "où il souffre d'une agonie indescriptible." Puis, après une pause dramatique, il a ajouté: "et c'est sur mes épaules maintenant". Il leur a parlé de ses cauchemars qu'il avait eu à cause de sa négligence. Il pleurait au lit, étant donné la terrible idée que ce pauvre homme subirait à jamais l'épreuve des flammes infernales.

Je me demande comment certaines personnes parviennent à concilier leurs croyances si habilement que, d'une part, elles croient que Dieu aime tellement le monde qu'il a envoyé Jésus pour être sauvé. D'un autre côté, ils croient (avec une croyance rabougrie) que Dieu est terriblement maladroit pour sauver les gens et les envoyer en enfer à cause de notre incompétence. «Vous êtes sauvés par la grâce, pas par les œuvres», disent-ils, et c'est vrai. Ils ont l'idée opposée de l'Évangile que le sort éternel des gens dépend du succès ou de l'échec de notre travail d'évangélisation.

Jésus est le Sauveur, le Sauveur et le Rédempteur!

Bien que les humains aiment nos enfants, combien plus sont-ils aimés de Dieu? C'est une question rhétorique - Dieu l'aime infiniment plus que nous ne le pouvons jamais.

Jésus a dit: "Où est un père parmi vous qui, quand il demande un poisson, offrira à son fils un serpent pour le poisson? … Si vous, qui êtes méchants, pouvez faire de bons cadeaux à vos enfants, combien plus notre Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent! » (Luc 11,11:13 et).

La vérité est exactement ce que Jean nous dit: Dieu aime vraiment le monde. «Car Dieu a donc aimé le monde qu'il a donné à son fils unique, afin que tous ceux qui croient en lui ne soient pas perdus, mais aient la vie éternelle. Parce que Dieu n'a pas envoyé son fils dans le monde pour juger le monde, mais pour sauver le monde à travers lui » (Jean 3,16-17).

Le salut de ce monde - un monde que Dieu aime tant qu'il a envoyé son Fils pour le sauver - dépend de Dieu et seulement de Dieu seul. Si le salut dépendait de nous et de notre succès à apporter l'évangile aux gens, alors il y aurait vraiment un gros problème. Cela ne dépend pas de nous, mais de Dieu seul. Dieu a envoyé Jésus pour faire cette tâche, pour nous sauver, et il les a remplis.

Jésus a dit: «Car c'est la volonté de mon père que quiconque voit et croit en son fils a la vie éternelle; et je vais l'élever le dernier jour » (Jean 6,40).

C'est l'affaire de Dieu de sauver, et le Père, le Fils et le Saint-Esprit le font bien. C'est une bénédiction de participer au bon travail d'évangélisation. Mais nous devrions aussi réaliser que Dieu agit souvent malgré notre incapacité.

Se sont-ils accusés du fardeau d'une conscience coupable d'avoir omis de prêcher l'Évangile à une personne? Transmettez le fardeau à Jésus! Dieu n'est pas maladroit. Personne ne glisse entre ses doigts et doit aller en enfer à cause d'elle. Notre Dieu est bon et miséricordieux et puissant. Vous pouvez lui faire confiance pour le faire de cette façon pour vous et pour tout le monde.

par Michael Feazell


pdfQue Dieu soit tel qu'il est