Viens Seigneur Jésus

449 viens, Seigneur Jésus La vie dans ce monde nous remplit d'une grande inquiétude. Il y a des problèmes partout, que ce soit avec la drogue, par l'immigration de personnes étranges ou à cause de conflits politiques. Il y a aussi la pauvreté, les maladies incurables et le réchauffement climatique. Il y a la pornographie enfantine, la traite des êtres humains et la violence arbitraire. La prolifération des armes nucléaires, les guerres et les attentats terroristes sont préoccupants. Il ne semble pas y avoir de solution à cela à moins que Jésus ne revienne très bientôt. Pas étonnant, alors, que les chrétiens aspirent et prient pour la seconde venue de Jésus: "Viens, Jésus, viens!"

Les chrétiens ont confiance dans le retour promis de Jésus et s'attendent à ce que cette prophétie se réalise. L'interprétation des prophéties bibliques s'avère être une question assez compliquée parce qu'elles se sont accomplies d'une manière inattendue. Même les prophètes ne le savaient pas. Par exemple, ils ne savaient pas comment le Messie allait naître comme un bébé et être à la fois humain et Dieu (1 Pierre 1,10: 12). Comment Jésus, notre Seigneur et Sauveur, devrait-il souffrir et mourir pour nos péchés tout en restant Dieu? Ce n'est que lorsque cela s'est vraiment produit que vous avez pu le comprendre. Mais même alors, les prêtres instruits, les scribes et les pharisiens ne comprenaient pas. Au lieu d'accepter Jésus à bras ouverts, ils cherchent à le tuer.

Il peut être fascinant de spéculer sur la façon dont les prophéties se réaliseront à l'avenir. Mais épingler notre salut à ces interprétations n'est ni sage ni sage, surtout pas par rapport à la fin des temps. Année après année, les prophètes autoproclamés prédisent une date précise pour le retour du Christ, mais jusqu'à présent, ils se sont tous trompés. Pourquoi ça? Parce que la Bible nous a toujours dit que nous ne pouvons pas connaître l'heure, l'heure ou le jour pour ces choses (Actes 1,7: 24,36; Matthieu 13,32; Marc). On entend chez les chrétiens: «La situation dans le monde empire! Certes, nous vivons depuis quelques jours ». Ces pensées accompagnent les chrétiens depuis des siècles. Ils avaient tous l'impression de vivre ces derniers jours - et étrangement, ils avaient raison. "Les derniers jours" ont commencé avec la naissance de Jésus. C'est pourquoi les chrétiens ont vécu à la fin des temps depuis la première venue de Jésus. Quand Paul a dit à Timothée que "les mauvais temps viendront ces derniers jours" (2 Timothée 3,1), il n'a pas parlé d'une heure ou d'un jour particulier dans le futur. Paul a ajouté que les gens se seraient beaucoup aimés au cours des derniers jours et qu'ils étaient avides, brutaux, blasphématoires, ingrats, impitoyables, etc. Puis il a prévenu: "Évitez ces personnes" (2 Timothée 3,2: 5). De toute évidence, il devait y avoir des gens comme ça à l'époque. Sinon, pourquoi Paul demanderait-il à l'église de rester loin d'eux? Dans Matthieu 24,6: 7, on nous dit que les nations se soulèveront les unes contre les autres et qu'il y aura de nombreuses guerres. Ce n'est pas nouveau. Quand y a-t-il jamais eu des périodes sans guerre dans le monde? Les temps ont toujours été mauvais et ça empire, pas mieux. Nous nous demandons à quel point cela doit être mauvais avant le retour de Christ. Je ne sais pas.

Paul a écrit: "Mais avec les méchants et les fraudeurs, plus longtemps c'est pire" (2 Timothée 3,13). Aussi mauvais que cela puisse être, Paul continue: "Mais restez avec ce que vous avez appris et ce qui vous est confié" (2 Timothée 3,14).

En d'autres termes, peu importe à quel point cela devient mauvais, nous devons continuer à croire en Christ. Nous devons faire ce que nous avons appris et appris de l'Écriture par le Saint-Esprit. Au milieu de la prophétie biblique, Dieu dit toujours aux gens de ne pas avoir peur. "N'ayez pas peur!" (Daniel 10,12.19). De mauvaises choses vont arriver, mais Dieu règne sur tout. Jésus a dit: "Je vous ai parlé pour que vous ayez la paix en moi. Tu as peur dans le monde; mais soyez confiant, j'ai vaincu le monde » (Jean 16,33).

Il y a deux façons de regarder les mots "Viens, Jésus, viens". On exprime le désir du retour du Christ. La seconde, nos demandes de prière, dans le livre de l'Apocalypse «Amen, oui, viens, Seigneur Jésus!» (Apocalypse 22,20).

«Je te confie mon cœur et prends mon appartement. Aidez-moi à mieux vous reconnaître. Donnez-moi votre paix dans ce monde chaotique ».

Prenons plus de temps pour vivre une relation personnelle avec Christ! Alors nous ne devons pas nous inquiéter de la fin du monde.

par Barbara Dahlgren


pdfViens Seigneur Jésus