Insouciant en Dieu

304 pas inquiet en Dieu La société d'aujourd'hui, en particulier dans le monde industrialisé, subit une pression croissante: la majorité des gens se sentent constamment sous la pression de quelque chose. Les gens souffrent de manque de temps, de pression pour performer (Travail, école, société), difficultés financières, insécurité générale, terrorisme, guerre, catastrophes météorologiques graves, solitude, désespoir, etc., etc. Le stress et la dépression sont devenus des mots, des problèmes, des maladies de tous les jours. Malgré d'énormes progrès dans de nombreux domaines (Technologie, santé, éducation, culture), les gens semblent avoir de plus en plus de mal à mener une vie normale.

Il y a quelques jours, j'étais en ligne à un guichet de banque. Avant moi était un père qui était son tout-petit (peut-être 4 ans) avec lui. Le garçon sauta sans soucis, sans soucis et plein de joie. Frères et sœurs, à quand remonte la dernière fois que nous avons ressenti cela?

Peut-être que nous regardons cet enfant et disons (un peu jaloux): "Oui, il est tellement insouciant car il ne sait même pas à quoi s'attendre dans cette vie!" Dans ce cas, cependant, nous avons une attitude fondamentalement négative envers la vie!

En tant que chrétiens, nous devons lutter contre la pression de notre société et envisager l'avenir de manière positive et confiante. Malheureusement, les chrétiens vivent souvent des vies négatives, difficiles et passent toute leur vie de prière à demander à Dieu de les libérer d'une situation particulière.

Revenons à notre enfant à la banque. Quelle est sa relation avec ses parents? Le garçon est plein de confiance et donc plein d'enthousiasme, de joie de vivre et de curiosité! Pouvons-nous apprendre quelque chose de lui? Dieu nous voit comme ses enfants et notre relation avec lui devrait avoir le même naturel qu'un enfant a ses parents.

"Et quand Jésus avait appelé un enfant, il le mit au milieu d'eux et dit: Vraiment, je vous le dis, si vous ne revenez pas en arrière et ne devenez pas comme des enfants, vous n'entrerez en aucune façon dans le royaume des cieux, donc, si quelqu'un est lui-même va humilier comme cet enfant qui est le plus grand du royaume des cieux » (Matthieu 18,2: 4).

Dieu s'attend à ce que nous ayons un enfant complètement dévoué aux parents. Les enfants ne sont généralement pas déprimés, mais pleins de joie, d'esprit de vie et de confiance en eux. C'est notre travail de nous humilier devant Dieu.

Dieu s'attend à ce que chacun de nous ait l'attitude d'un enfant envers la vie. Il ne veut pas que nous sentions ou rompions la pression de notre société, mais il attend de nous que nous abordions nos vies avec confiance et confiance en Dieu:

«Réjouis-toi toujours dans le Seigneur! Encore une fois, je veux dire: réjouissez-vous! Votre douceur doit être connue de tous; le seigneur est proche. [Philippiens 4,6] Ne vous inquiétez de rien, mais en tout, par la prière et la supplication avec action de grâces, vos préoccupations doivent être portées à la connaissance de Dieu; et la paix de Dieu, qui dépasse tous les esprits, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ » (Philippiens 4,4-7).

Ces mots reflètent-ils vraiment notre attitude envers la vie ou pas?

Dans un article sur la gestion du stress, j'ai lu au sujet d'une mère qui aspirait à ce que le fauteuil dentaire puisse enfin s'allonger et se détendre. J'avoue que cela m'est déjà arrivé. Quelque chose ne va vraiment pas si nous ne pouvons que "nous détendre" sous le foret du dentiste!

La question est: dans quelle mesure chacun de nous Philippiens 4,6 ("Ne vous inquiétez de rien")? Au milieu de ce monde stressé?

Le contrôle de notre vie appartient à Dieu! Nous sommes ses enfants et nous lui sommes subordonnés. Nous ne sommes sous pression que lorsque nous essayons de contrôler nous-mêmes notre vie, de résoudre nous-mêmes nos problèmes et nos tribulations. En d'autres termes, lorsque nous nous concentrons sur la tempête et perdons de vue Jésus.

Dieu nous mènera à la limite jusqu'à ce que nous réalisions à quel point nous avons peu de contrôle sur nos vies. Dans de tels moments, nous n'avons d'autre choix que de nous jeter simplement dans la grâce de Dieu. La douleur et la souffrance nous conduisent à Dieu. Ce sont les moments les plus difficiles de la vie d'un chrétien. Cependant, des moments qui veulent être particulièrement appréciés et qui apportent également une joie spirituelle profonde:

"Considérez cela comme une pure joie, mes frères, lorsque vous vous trouvez tenté de plusieurs manières en réalisant que le maintien de votre foi provoque la persévérance. La persévérance, cependant, devrait avoir un travail parfait pour que vous soyez parfaits et complets et que vous ne manquiez de rien" (James 1,2-4).

On dit que les moments difficiles de la vie d'un chrétien produisent du fruit spirituel, le rendent parfait. Dieu ne nous promet pas une vie sans problèmes. "Le chemin est étroit", a déclaré Jésus. Les difficultés, les épreuves et les persécutions ne devraient pas mettre un chrétien dans le stress et la dépression. L'apôtre Paul a écrit:

«Dans tout, nous sommes pressés, mais pas écrasés; ne voyant aucune issue, mais pas poursuivi sans issue, mais ne partant pas; renversé mais pas détruit » (2 Corinthiens 4,8: 9).

Lorsque Dieu prend le contrôle de nos vies, nous ne sommes jamais abandonnés, jamais dépendants de nous-mêmes! Jésus-Christ devrait être un exemple pour nous à cet égard. Il nous a précédés et nous donne du courage:

"Je vous en ai parlé pour que vous ayez la paix en moi. Vous êtes affligé dans le monde; mais soyez de bonne humeur, j'ai vaincu le monde » (Jean 16,33).

Jésus était opprimé de toutes parts, il a connu opposition, persécution, crucifixion. Il avait rarement un moment de calme et devait souvent échapper au peuple. Jésus aussi a été poussé à la limite.

«Aux jours de sa chair, il a offert à la fois des demandes et des supplications avec de forts cris et larmes à ceux qui peuvent le sauver de la mort, et a été entendu pour sa peur de Dieu et, même s'il était un fils, il a appris de ce qu'il a fait souffert d'obéissance; et parfait, il est devenu l'auteur du salut éternel de tous ceux qui lui obéissent, salué par Dieu comme souverain sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek » (Hébreux 5,7: 10).

Jésus vivait dans un état de stress intense, ne prenant jamais sa vie en mains et ne perdant pas de vue le sens et le but de sa vie. Il s'est toujours soumis à la volonté de Dieu et a accepté toutes les situations permises par le père. À cet égard, nous lisons l’intéressante déclaration suivante de Jésus, alors qu’il faisait vraiment pression:

«Maintenant, mon âme est consternée. Et que puis-je dire? Père, sauve-moi de cette heure? Mais c'est pourquoi je suis venu à cette heure » (Jean 12,27).

Nous acceptons également notre situation actuelle dans la vie (Examen, maladie, tribulation, etc.)? Parfois, Dieu permet des situations particulièrement désagréables dans nos vies, même des années d'épreuves qui ne sont pas de notre faute, et attend de nous que nous les acceptions. On retrouve ce principe dans la déclaration suivante de Peter:

«Parce que c'est grâce quand quelqu'un endure la souffrance à cause de la conscience devant Dieu, parce qu'il a mal souffert. Parce que quelle gloire est-ce quand vous persévérez en tant que tel qui péche et êtes battu? Mais si vous persévérez dans le bien et la souffrance, c'est grâce à Dieu. Parce que vous avez été appelé à cela; car le Christ a aussi souffert pour vous et vous a laissé un exemple pour que vous suiviez ses traces: celui qui n'a pas péché et avec lui aucune tromperie n'a été trouvé dans sa bouche qui a été injurié et jamais ravivé, n'a pas menacé la souffrance mais rendu à celui qui juge équitablement » (1 Pierre 2,19: 23).

Jésus s'est subordonné à la volonté de Dieu jusqu'à la mort, il a souffert sans culpabilité et nous a servi à travers sa souffrance. Acceptons-nous la volonté de Dieu dans nos vies? Même si cela devient désagréable, si nous souffrons sans culpabilité, sommes-nous harcelés de toutes parts et ne pouvons pas comprendre le sens de notre situation difficile? Jésus nous a promis la paix et la joie divines:

«Je vous laisse la paix, je vous donne la paix; pas comme le monde donne, je te donne Votre cœur ne sera pas bouleversé, n'ayez pas peur » (Jean 14,27).

"Je vous en ai parlé pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète" (Jean 15,11).

Nous devrions apprendre à comprendre que la souffrance est positive et génère une croissance spirituelle:

«Non seulement cela, mais nous nous vantons aussi des afflictions, puisque nous savons que l'affliction provoque la persévérance, mais la persévérance le prouve, la probation prouve l'espoir; mais l'espérance ne sera pas honteuse, car l'amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné » (Romains 5,3: 5).

Nous vivons dans la détresse et le stress et avons réalisé ce que Dieu attend de nous. Par conséquent, nous supportons cette situation et produisons des fruits spirituels. Dieu nous donne la paix et la joie. Comment pouvons-nous mettre cela en pratique? Lisons la merveilleuse déclaration suivante de Jésus:

«Venez à moi, vous tous pénibles et accablés! Et je te donnerai du repos Prends mon joug sur toi et apprends de moi! Car je suis doux et humble de cœur, et "vous trouverez du repos pour vos âmes"; parce que mon joug est doux et mon fardeau léger » (Matthieu 11,28: 30).

Nous devrions venir à Jésus, alors il nous donnera du repos. C'est une promesse absolue! Nous devrions lui jeter notre fardeau:

«Maintenant, humiliez-vous sous la main puissante de Dieu afin qu'il vous élève au bon moment, [comment?] En lui jetant tous vos soins! Parce qu'il se soucie de toi » (1 Pierre 5,6: 7).

Comment pouvons-nous jeter nos soucis à Dieu? Voici quelques points concrets qui nous aideront à cet égard:

Nous devrions placer et confier tout notre être à Dieu.

Le but de nos vies est de plaire à Dieu et de le subordonner à tout notre être. Lorsque nous essayons de plaire à tous nos semblables, il y a conflit et stress parce que ce n'est tout simplement pas possible. Nous ne devons pas donner à nos semblables le pouvoir de nous mettre en détresse. Seul Dieu devrait déterminer notre vie. Cela apporte la paix, la paix et la joie dans nos vies.

Le royaume de Dieu doit venir en premier.

Qu'est-ce qui conduit notre vie? La reconnaissance des autres? Le désir de gagner beaucoup d'argent? Se débarrasser de tous nos problèmes? Ce sont tous des objectifs qui mènent au stress. Dieu dit clairement quelle devrait être notre priorité:

«C'est pourquoi je vous dis: ne vous souciez pas de votre vie, de ce que vous devez manger et de ce que vous devez boire, ni de votre corps, de ce que vous devez porter! La vie n'est-elle pas plus que la nourriture et le corps plus que les vêtements? Regardez les oiseaux du ciel qu'ils ne sèment ni ne moissonnent, ni ne rassemblent dans les granges, et votre Père céleste les nourrit. N'êtes-vous pas beaucoup plus précieux qu'eux? Mais qui parmi vous peut s'inquiéter de ses soucis à vie? Et pourquoi t'inquiètes-tu pour les vêtements? Regardez les lis dans le champ au fur et à mesure qu'ils grandissent: ils ne luttent pas et ne filent pas. Mais je vous dis que même Salomon, dans toute sa gloire, n'était pas habillé comme l'un d'eux. Mais si Dieu habille l'herbe des champs qui se dresse aujourd'hui et est jetée au four demain, il ne vous fera pas grand-chose, vous les petits croyants. Alors ne vous inquiétez pas en disant: que faut-il manger? Ou: Que devons-nous boire? Ou: que devons-nous porter? Car tout cela est recherché par les nations; parce que votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela. Mais cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa justice! Et tout cela vous sera ajouté, alors ne vous inquiétez pas pour demain! Parce que demain prendra soin de lui-même. Chaque jour en a assez dans son mal » (Matthieu 6,25: 34).

Tant que nous prenons soin de Dieu et de sa volonté avant tout, il couvrira tous nos autres besoins!
Est-ce un laissez-passer gratuit pour un style de vie irresponsable? Bien sur que non La Bible nous enseigne à gagner notre pain et à prendre soin de nos familles. Mais prioriser c'est déjà!

Notre société est pleine de distractions. Si nous ne faisons pas attention, nous ne trouvons soudainement aucune place pour Dieu dans nos vies. Il faut de la concentration et des priorités, sinon d’autres facteurs vont soudainement déterminer nos vies.

Nous sommes encouragés à passer du temps dans la prière.

Il nous appartient de déposer nos fardeaux sur Dieu dans la prière. Il nous calme dans la prière, clarifie nos pensées et nos priorités et nous établit une relation étroite avec lui. Jésus nous a donné un modèle important:

"Et tôt le matin, alors qu'il faisait encore très sombre, il s'est levé et est sorti et s'est rendu dans un endroit isolé et a prié là-bas. Et Simon et ceux qui étaient avec lui se précipitèrent après lui; et ils l'ont trouvé et lui ont dit: Tous vous cherchent » (Marc 1,35: 37).

Jésus s'est caché pour trouver du temps pour la prière! Il n'était pas distrait par de nombreux besoins:

"Mais le discours à son sujet s'est répandu d'autant plus; et de grandes foules se sont rassemblées pour entendre <ihn> et pour être guéries de leurs maladies. Mais il s'est retiré et était dans des zones solitaires et a prié » (Luc 5,15: 16).

Sommes-nous sous pression, le stress s'est-il propagé dans nos vies? Alors nous aussi devrions nous retirer et passer du temps avec Dieu dans la prière! Parfois, nous sommes trop occupés pour connaître Dieu. C'est pourquoi il est important de se retirer régulièrement et de se concentrer sur Dieu.

Tu te souviens de l'exemple de Marta?

"Mais il est arrivé quand ils ont poursuivi leur chemin qu'il est venu dans un village; et une femme nommée Marta l'a accueilli. Et elle avait une sœur, appelée Maria, qui s'est également assise aux pieds de Jésus et a écouté sa parole. Mais Marta était très occupée avec beaucoup de services; Mais elle est venue et a dit: Seigneur, tu t'en fous que ma sœur me laisse seule pour servir? Dites-lui de m'aider!] Mais Jésus répondit et lui dit: Marta, Marta! Vous êtes inquiet et inquiet pour beaucoup de choses; mais une chose est nécessaire. Mais Maria a choisi la bonne partie qui ne lui sera pas enlevée » (Luc 10,38: 42).

Prenons le temps de nous reposer et d'avoir une relation étroite avec Dieu. Passons assez de temps dans la prière, l'étude de la Bible et la méditation. Sinon, il sera difficile de transférer nos fardeaux à Dieu. Pour jeter nos fardeaux sur Dieu, il est important de vous éloigner d'eux et de faire des pauses. «Ne pas voir la forêt depuis les arbres ...»

Quand nous avons encore enseigné que Dieu attendait aussi un repos absolu du sabbat de la part des chrétiens, nous avions un avantage: du vendredi soir au samedi soir, nous n'étions disponibles que pour Dieu. Espérons qu'au moins nous avons compris et maintenu le principe du repos dans nos vies. De temps en temps, nous devons simplement nous éteindre et nous reposer, en particulier dans ce monde stressé. Dieu ne dicte pas quand cela devrait être. Les humains ont simplement besoin de périodes de repos. Jésus a appris à ses disciples à se reposer:

«Et les apôtres se rassemblent auprès de Jésus; et ils lui ont dit tout ce qu'ils avaient fait et ce qu'ils avaient enseigné. Et il leur dit: Venez, vous seuls, dans un endroit désolé et reposez-vous un peu! Parce que ceux qui allaient et venaient étaient nombreux, et ils n'avaient même pas trouvé le temps de manger » (Marc 6, 30-31).

Quand tout à coup il n’ya plus de temps pour manger, il est grand temps de s’éteindre et de se reposer.

Alors, comment pouvons-nous jeter nos soucis sur Dieu? Disons:

• Nous soumettons tout notre être à Dieu et lui faisons confiance.
• Le royaume de Dieu vient en premier.
• Nous passons du temps dans la prière.
• Nous prenons le temps de nous reposer.

En d'autres termes, notre vie devrait être orientée vers Dieu et Jésus. Nous nous concentrons sur lui et lui faisons une place dans nos vies.

Il nous bénira alors avec la paix, la paix et la joie. Son fardeau est facile, même si nous sommes harcelés de toutes parts. Jésus était opprimé mais jamais écrasé. Vivons vraiment dans la joie en tant qu'enfants de Dieu et ayons confiance en lui pour qu'il puisse se reposer sur lui et lui jeter tous nos fardeaux.

Notre société est sous pression, les chrétiens aussi, parfois même davantage, mais Dieu crée de l'espace, porte notre fardeau et prend soin de nous. Sommes-nous convaincus? Vivons-nous nos vies avec une confiance profonde en Dieu?

Terminons avec la description de David de notre Créateur et Seigneur céleste dans le Psaume 23 (David, lui aussi, était souvent en danger et soumis à de fortes pressions de tous les côtés):

«L'Éternel est mon berger, je ne manquerai de rien. Il me pose sur des vertes prairies, il me conduit vers des eaux calmes. Il rafraîchit mon âme. Il me guide sur les chemins de la justice pour son nom. Même si je fais de la randonnée dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi; Votre bâton et votre personnel me réconfortent. Tu me prépares une table face à mes ennemis; tu as oint ma tête d'huile, ma coupe déborde. Seules la bonté et la grâce me suivront chaque jour de ma vie; et je retourne à la maison du Seigneur pour la vie » (Psaume 23).

par Daniel Bösch


pdfInsouciant en Dieu