Avec patience pour travailler

408 avec patience Nous connaissons tous le dicton "la patience est une vertu". Bien qu'elle ne figure pas dans la Bible, la Bible a beaucoup à dire sur la patience. Paul appelle cela un fruit du Saint-Esprit (Galates 5,22). Il nous encourage également à être patients en détresse (Romains 12,12), attendant patiemment ce que nous n'avons pas encore (Romains 8,25) s'endurant patiemment dans l'amour (Éphésiens 4,2) et ne pas se lasser de faire le bien, car si nous sommes patients, nous récolterons également (Galates 6,9). La Bible nous avertit également "d'attendre le Seigneur" (Psaume 27,14), mais malheureusement cette attente patiente est interprétée par certains comme une attente passive.

Un de nos pasteurs régionaux a assisté à une conférence où les dirigeants de l'église ont répondu à toute discussion sur un renouvellement ou une mission comme suit: "Nous savons que nous devons le faire à l'avenir, mais maintenant nous attendons le Seigneur." Je suis sûr que ces dirigeants ont cru qu'ils étaient patients en attendant que Dieu leur montre comment approcher les étrangers. Il y a d'autres congrégations qui attendent un signe du Seigneur pour changer les jours ou les heures d'adoration pour le rendre plus pratique pour les nouveaux croyants. Le pasteur régional m'a dit que la dernière chose qu'il avait demandée à l'échelle était: "Qu'attendez-vous que le Seigneur fasse?" Puis il leur a expliqué que Dieu attendait probablement qu'ils participent à son travail déjà actif. Quand il a fini, un "amen" a pu être entendu de divers côtés.

Si nous avons des choix difficiles à faire, nous aimerions tous recevoir un signe de Dieu que nous pourrions montrer aux autres - un signe qui nous dit où aller, comment et quand commencer. Ce n'est pas ainsi que Dieu travaille habituellement avec nous. Au lieu de cela, il dit simplement "suivez-moi" et nous exhorte à faire un pas en avant sans comprendre les détails. Nous devons nous rappeler que les apôtres de Jésus ont parfois eu du mal à comprendre où le Messie les a conduits avant et après la Pentecôte. Cependant, bien que Jésus soit un enseignant et un leader parfait, ils n'étaient pas des disciples et des disciples parfaits. Nous avons aussi souvent du mal à comprendre ce que Jésus dit et où Il nous mène - parfois nous avons peur de continuer parce que nous craignons d'échouer. Cette peur nous pousse souvent à l'inaction, que nous assimilons alors à tort à la patience - à "l'attente du Seigneur".

Nous n'avons pas à craindre nos erreurs ou notre manque de clarté sur la voie à suivre. Bien que les premiers disciples de Jésus aient commis de nombreuses erreurs, le Seigneur continuait de leur donner de nouvelles opportunités de se joindre à son travail - de le suivre partout où il les conduisait, même si cela signifiait faire des corrections en chemin. Aujourd'hui, Jésus travaille de la même manière et nous rappelle que chaque "succès" que nous connaîtrons sera le résultat de son travail et non du nôtre.

Nous ne devrions pas nous inquiéter si nous ne pouvons pas comprendre pleinement les intentions de Dieu. En période d'incertitude, nous devons être patients, et dans certains cas, cela signifie attendre que Dieu intervienne avant de pouvoir passer à l'étape suivante. Quelle que soit la situation, nous sommes toujours des disciples de Jésus qui sont appelés à l'entendre et à le suivre. Lors de ce voyage, nous devons nous rappeler que notre formation n'est pas seulement la prière et la lecture de la Bible. L'application pratique prend une grande part - nous avançons dans l'espérance et la foi (accompagné de la prière et de la parole), même s'il n'est pas clair où le Seigneur mène.

Dieu veut que son église soit en bonne santé et favorise ainsi la croissance. Il veut que nous rejoignions sa mission pour le monde, que nous prenions les mesures fondées sur l'évangile pour servir dans nos foyers. Si nous faisons cela, nous ferons des erreurs. Dans certains cas, nos efforts pour apporter l'évangile aux étrangers de l'église ne seront pas aussi fructueux. Mais nous allons apprendre des erreurs. Comme dans la première église du Nouveau Testament, notre Seigneur utilisera gracieusement nos erreurs si nous les lui confions et si nous nous repentons si nécessaire. Il nous fortifiera et nous développera et nous façonnera pour ressembler à l'image du Christ. Grâce à cette compréhension, nous ne considérerons pas le manque de résultats immédiats comme un échec. Dieu peut et veut que nos efforts portent leurs fruits à son époque et à sa manière, en particulier lorsque ces efforts visent à conduire les gens à Jésus en vivant et en partageant la bonne nouvelle. Il se peut que les premiers fruits que nous voyons affectent nos propres vies.

Le véritable «succès» dans la mission et le service ne vient que d'une seule voie: par la fidélité à Jésus, accompagnée de la prière et de la parole biblique, par lesquelles le Saint-Esprit nous guide vers la vérité. Gardons à l'esprit que nous n'apprendrons pas cette vérité immédiatement et que notre inaction peut nous ralentir. Je me demande si l'inaction peut être due à la peur de la vérité. Jésus a annoncé à plusieurs reprises sa mort et sa résurrection à ses disciples, et parfois la peur de cette vérité a paralysé leur capacité à agir. C'est souvent le cas de nos jours.

Lorsque nous parlons de notre implication dans l'approche de Jésus envers les étrangers, nous avons rapidement affaire à des réactions de peur. Cependant, nous n'avons pas besoin d'avoir peur, car "qui est en toi est plus grand que qui est dans le monde" (1 Jean 4,4). Nos craintes disparaissent grâce à notre confiance en Jésus et en sa parole. La foi est vraiment l'ennemi de la peur. C'est pourquoi Jésus a dit: "N'ayez pas peur, croyez seulement!" (Marc 5,36).

Si nous nous engageons activement dans la mission et le ministère de Jésus dans la foi, nous ne sommes pas seuls. Le Seigneur de toute la création est avec nous, comme Jésus l'a fait il y a longtemps sur la montagne en Galilée (Matthieu 28,16) a promis à ses disciples. Peu de temps avant de monter au ciel, il leur a donné une instruction qui est généralement appelée un ordre missionnaire: «Et Jésus s'approcha et leur dit: Toute autorité dans le ciel et sur la terre m'a été donnée. Allez donc faire des disciples de toutes les nations: baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à garder tout ce que je vous ai commandé. Et voici, je suis avec toi tous les jours jusqu'à la fin du monde » (Matthieu 28,18: 20).

Notons ici les derniers versets. Jésus commence par dire qu'il a "toute autorité au ciel et sur la terre", puis conclut avec les paroles d'assurance suivantes: "Je suis avec vous tous les jours". Ces déclarations devraient être une source de grand réconfort, une grande confiance et une grande liberté dans ce que Jésus nous a dit de faire: faire de toutes les nations des disciples. Nous le faisons avec franchise - conscients que nous participons au travail de celui qui a tout pouvoir et autorité. Et nous le faisons en toute confiance car nous savons qu'il est toujours avec nous. Avec ces pensées à l'esprit - au lieu de celles qui considèrent la patience comme une attente oiseuse - nous attendons patiemment le Seigneur tout en participant activement à son œuvre, qui est de faire des gens nos disciples dans nos maisons. De cette façon, nous participerons à ce que nous pouvons décrire avec patience. Jésus nous commande de le faire parce que c'est sa voie - la voie de la fidélité qui porte le fruit de son royaume omniprésent. Commençons donc avec patience.

par Joseph Tkach


pdfAvec patience pour travailler