Le royaume de Dieu (partie 1)

502 riche dieu 1De tout temps, le royaume de Dieu a été au centre d'une grande partie de l'enseignement chrétien, et à juste titre. Ceci est particulièrement vrai dans 20. Siècle, un différend est né. Il est difficile de parvenir à un consensus en raison de l’ampleur et de la complexité du matériel biblique et des nombreux sujets théologiques qui le chevauchent. Il existe également de grandes différences dans l'attitude spirituelle qui guide les savants et les pasteurs et les conduit aux conclusions les plus variées.

Dans cette série 6, je traiterai des questions centrales concernant le royaume de Dieu afin de renforcer notre foi. Ce faisant, je m'appuierai sur la connaissance et la perspective de personnes partageant la même foi chrétienne conventionnelle historiquement attestée que celle que nous professons dans Grace Communion International, une foi basée sur les Écritures et centrée sur Jésus-Christ. est. C'est lui qui nous guide dans notre adoration du Dieu Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit. Cette incarnation centrée sur la foi et la Trinité, avec toute la fiabilité, ne pourront pas répondre directement à une question qui pourrait être dans la voie du royaume de Dieu. Mais cela fournira une base solide et un guide fiable nous permettant une compréhension biblique fidèle.

Au cours des dernières années 100, il y a eu un accord croissant entre les principales confessions bibliques en ce qui concerne les croyances centrales, qui unit le même état d'esprit théologique de base qui est le nôtre. Il s'agit de la véracité et de la fiabilité de la révélation biblique, d'une approche viable de l'interprétation biblique et des fondements de la compréhension chrétienne (doctrine) sur des questions telles que la divinité du Christ, la Trinité de Dieu, la place centrale de l'œuvre de grâce de Dieu, comme dans Le Christ est accompli en vertu de l'Esprit Saint et de l'œuvre rédemptrice de Dieu dans le contexte de l'histoire, afin qu'elle soit complétée par le but que Dieu lui a donné, le but final.

Si nous pouvions utiliser avec succès les enseignements de nombreux érudits, deux conseillers semblent être particulièrement utiles pour ajouter les innombrables témoignages bibliques du royaume de Dieu à un tout cohérent (cohérent): George Ladd, qui écrit du point de vue de l'étude biblique, et Thomas F Torrance, qui représente la vue théologique avec ses contributions. Bien sûr, ces deux érudits ont appris de beaucoup d’autres et se réfèrent à eux dans leur réflexion. Ils ont repéré le vaste matériel de recherche biblique et théologique.

Ce faisant, ils ont mis l'accent sur les écrits qui correspondent aux prémisses fondamentales, bibliques et théologiques déjà mentionnées ci-dessus et qui reflètent les arguments les plus concluants, les plus compréhensibles et les plus complets concernant le Royaume de Dieu. Pour ma part, je traiterai des aspects clés de leurs résultats qui nous aideront dans la croissance et la compréhension de notre foi.

La signification centrale de Jésus Christ

Ladd et Torrance ont tous deux clairement expliqué que la révélation biblique identifie sans équivoque le royaume de Dieu avec la personne et l'activité salvifique de Jésus-Christ. Il l'incarne lui-même et l'amène. Pourquoi? Parce qu'il est le roi de la création. Dans son travail spirituel en tant que médiateur entre Dieu et la création, sa royauté se combine avec des éléments sacerdotaux et prophétiques. Le royaume de Dieu existe vraiment avec et par Jésus-Christ; car il règne où qu'il soit. Le royaume de Dieu est son royaume. Jésus nous fait savoir: "Et je vous concéderai le royaume, comme mon père me l'a assigné, pour que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume, assoyiez-vous sur des trônes et jugiez les douze tribus d'Israël" (Lk 22,29-). 30).

À un autre moment, Jésus déclare que le royaume de Dieu lui appartient. Il parle: "Mon royaume n'est pas de ce monde" (Joh 18,36). Ainsi, le royaume de Dieu n'est pas détaché de la compréhension de qui est Jésus et de ce dont il s'agit dans son salut. Toute interprétation des Écritures ou tout synopsis théologique du matériel exégétique, qui n'interprète pas le royaume de Dieu sur la base de la personne et de l'œuvre de Jésus-Christ, s'éloigne ainsi du centre de la doctrine chrétienne. Cela mènera inévitablement à des conclusions différentes de celles de ce centre de la foi chrétienne.

Comment pouvons-nous commencer à comprendre, à partir de ce centre de la vie, ce qui se passe dans le royaume de Dieu? Tout d’abord, nous devrions déclarer que c’est Jésus lui-même qui annonce la venue du royaume de Dieu et en fait un thème général de son enseignement (Mk 1,15). Avec Jésus, la véritable existence du royaume commence; il ne délivre pas seulement le message pertinent. Le Royaume de Dieu est une réalité tangible partout où se trouve Jésus. parce qu'il est le roi. Le Royaume de Dieu existe vraiment dans la présence vivante et dans l'action du roi Jésus.

À partir de ce point de départ, tout ce que Jésus dit et fait reflète le caractère de son royaume. Le royaume qu'il veut nous donner est identique au sien. Il nous porte un certain type d'empire dans un empire qui incarne son propre caractère et son destin. Nos conceptions du royaume de Dieu doivent donc être cohérentes avec qui est Jésus. Vous devez le refléter dans toutes ses facettes. Ils devraient être portés de manière à nous rappeler de Lui avec tous nos sens, afin que nous comprenions que ce Royaume est à Lui. Il lui appartient et a sa signature partout. Il s'ensuit que le royaume de Dieu concerne principalement le règne ou le règne de Christ plutôt que, comme le suggèrent certaines interprétations, les royaumes célestes ou un lieu géographique ou spatial. Partout où le règne de Christ est à l'œuvre selon sa volonté et son destin, il y a le royaume de Dieu.

D'abord et avant tout, son royaume doit être associé à son destin de Sauveur et donc lié à son salut par son incarnation, ses vicissitudes, sa crucifixion, sa résurrection, son ascension et son retour. Cela signifie que son règne en tant que roi ne peut pas être compris comme étant détaché de son travail de révélateur et de médiateur, pour qui il était à la fois un prophète et un membre du clergé. Ces trois fonctions de l'Ancien Testament, telles qu'incarnées dans Moïse, Aaron et David, sont associées et réalisées de manière unique en lui.

Son règne et sa volonté sont soumis au destin de recommander sa création, son chapeau et sa bonté, c'est-à-dire de l'inclure dans son allégeance, sa fraternité et sa participation, en nous réconciliant avec Dieu par sa crucifixion. En fin de compte, si nous allons sous son chapeau, nous partageons son règne et profitons de la participation à son royaume. Et son règne porte les traits de l'amour de Dieu, qu'il nous apporte en Christ et en la confiance du Saint-Esprit qui agit en nous. En amour pour Dieu et en charité, telle qu'elle se voit incarnée en Jésus, c'est notre participation à son royaume. Le royaume de Dieu se manifeste dans une communauté, un peuple, une église en alliance avec Dieu en vertu de Jésus-Christ et donc également entre eux dans l'Esprit du Seigneur.

Mais un tel amour communautaire, tel que nous le partageons dans le Christ, découle d'une foi vivante (foi) en Dieu qui rachète et vit et de son empire, tel qu'il est perpétuellement exercé à travers Christ. Ainsi, la croyance en Jésus-Christ est inséparable de toute implication dans son royaume. C'est parce que Jésus n'a pas déclaré par lui-même qu'avec l'arrivée prochaine du royaume de Dieu, il serait appelé à la foi et à la confiance. Nous lisons donc: "Après que Jean ait été emprisonné, Jésus est venu en Galilée et a prêché l'évangile de Dieu, en disant:" Le temps est venu et le royaume de Dieu est venu. Repentez-vous et croyez en l'évangile! "(Mk 1,14-15). La foi dans le royaume de Dieu est inextricablement liée à la foi en Jésus-Christ. Faire confiance à lui signifie mettre son empire qui forme la communion sur son règne ou sa régence.

Aimer Jésus et aimer le Père avec lui, c'est aimer et avoir confiance en toutes les manifestations qui se manifestent dans son royaume.

Le règne royal de Jésus Christ

Jésus est le roi des rois sur tout l'univers. Pas un seul angle dans l'ensemble du cosmos n'est laissé hors de son pouvoir rédempteur. Et ainsi il annonce qu'il a tout le pouvoir dans le ciel aussi bien que sur la terre (Mt 28,18), c'est-à-dire sur toute la création. Tout a été créé par lui et pour lui, comme le dit l'apôtre Paul (Col. 1,16).

Que les promesses de Dieu envers Israël soient à nouveau révélées, alors Jésus-Christ est le "Roi des rois et Seigneur des seigneurs" (Ps 136,1-3; 1.Tim 6,15; Offb.19,16). Il a le pouvoir d'autorité qui est digne de lui; il est celui par qui tout a été créé et reçoit tout en vertu de son pouvoir et de sa volonté vitale (Hebr 1,2-3, Kol 1,17).

Il devrait être clair que ce Jésus, le Seigneur de l'univers, ne connaît ni son égal ni son rival, ni dans la création ni dans le don inestimable du salut. Alors qu'il y avait des compagnons guerriers, des prétendants et des usurpateurs qui n'avaient ni le pouvoir ni la volonté de créer et de donner la vie, Jésus plaça tous les ennemis qui résistaient à son règne et les abattit. En tant que médiateur de son Père incarné, le Fils de Dieu, en vertu du Saint-Esprit, s'oppose à tout ce qui s'oppose à la création bien faite et au destin tout-puissant de toutes les créatures. Dans la mesure où il s'oppose à toutes les forces qui menacent ou détruisent sa création bien faite et s'écarte de ses objectifs merveilleux, il apporte son amour à cette création. S'il ne combattait pas ceux qui veulent les détruire, il ne serait pas le Seigneur obligé d'aimer. Ce Jésus, avec son Père céleste et le Saint-Esprit, s'oppose sans relâche à tout mal qui détruit, fausse et détruit les relations fondées sur la communion fondées sur la vie et sur l'amour basées sur la communion avec lui et, à son tour, avec la création. Pour que son objectif initial ultime soit rempli, toutes les forces qui s'opposent à son règne et à son droit doivent l'assujettir à la repentance ou être annulées. Le mal n'a pas d'avenir dans le royaume de Dieu.

Ainsi, Jésus se voit représenté par les témoins du Nouveau Testament comme le vainqueur rédempteur qui libère son peuple de tout mal et de tout ennemi. Il libère les prisonniers (Lk 4,18, 2, Kor 2,14). Il nous fait sortir du royaume des ténèbres vers son royaume de lumière (Kol 1,13). Il "s'est livré pour nos péchés [...] afin de nous sauver de ce monde diabolique actuel selon la volonté de Dieu notre Père" (Gal 1,4). Exactement dans ce sens, il faut comprendre que Jésus "a vaincu le monde" (John 16,33). Et avec cela, il fait "tout ce qui est nouveau!" (Offb 21,5; Mt 19,28). La portée cosmique de son règne et l'assujettissement de tout le mal sous son règne témoignent, au-delà de notre imagination, du miracle de sa gracieuse règle royale.

par Gary Deddo


pdfLe royaume de Dieu (partie 1)