La bénédiction de Jésus

093 Jésus bénédiction

Lorsque je voyage, on me demande souvent de parler aux services religieux, aux conférences et aux réunions du conseil d'administration de Grace Communion International. Parfois, on me demande de prononcer la bénédiction finale. Je recourt souvent à la bénédiction d'Aaron, qu'elle donne aux enfants d'Israël (l'année après avoir fui l'Égypte et bien avant d'entrer dans la Terre promise) dans le désert. A cette époque, Dieu a donné des instructions à Israël sur la mise en œuvre de la loi. Les gens étaient volatils et plutôt passifs (après tout, ils avaient été esclaves toute leur vie!). Ils se sont probablement dit: «Dieu nous a conduit à travers la mer Rouge depuis l'Égypte et nous a donné sa loi. Mais maintenant nous sommes ici et nous errons toujours dans le désert. Et ensuite? » Mais Dieu n'a pas répondu en leur révélant en détail son plan les concernant. Au lieu de cela, il l'a encouragée à le regarder avec foi:

Et le Seigneur parla à Moïse, disant: Dis à Aaron et à ses fils, en disant: Voici ce que vous direz aux Israélites lorsque vous les bénirez: Le Seigneur vous bénit et vous garde; que le Seigneur fasse briller son visage sur vous et vous fasse grâce; le Seigneur lève son visage sur toi et te donne la paix (Nombres 4:6,22).

Je vois comment Aaron se tient les bras écartés devant les enfants bien-aimés de Dieu et prononce cette bénédiction. Quel honneur cela a dû être pour lui de leur donner la bénédiction du Seigneur. Comme vous le savez, Aaron fut le premier souverain sacrificateur de la tribu des Lévites:

Aaron a été choisi pour sanctifier le plus saint, lui et ses fils pour toujours, pour sacrifier devant le Seigneur et pour le servir et le bénir au nom du Seigneur pour toujours (1 Chr.23,13).

Donner une bénédiction était un acte de louange révérencieux dans le cadre duquel Dieu avait été créé pour encourager son peuple - ici, lors du pénible Exode d'Égypte vers la Terre promise. Cette bénédiction sacerdotale faisait référence au nom et à la bénédiction de Dieu, afin que son peuple puisse vivre dans l'assurance de la grâce et de la providence du Seigneur.

Bien que cette bénédiction s’applique tout d’abord à un peuple épuisé et découragé lors de son voyage dans le désert, je reconnais sa relation avec nous aujourd’hui. Il y a des moments où nous envisageons l'avenir avec incertitude. Ensuite, nous avons besoin de mots encourageants pour nous rappeler que Dieu nous a bénis et continue de répandre sa main protectrice sur nous. Nous devons nous rappeler qu'il jette sa mine sur nous, qu'il est miséricordieux et nous donne sa paix. Avant tout, nous ne devons pas oublier que, par amour, il nous a envoyé son fils, Jésus-Christ - le grand et dernier grand-prêtre, qui accomplit lui-même la bénédiction d'Aaron.

Semaine Sainte (aussi appelée Passion Week) commence le dimanche des Rameaux dans environ une semaine (Se souvenir de l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem), suivi du jeudi saint (à la mémoire de la Cène), Vendredi Saint (le jour du souvenir qui montre la bonté de Dieu pour nous, qui a été révélé dans le plus grand de tous les sacrifices) et le samedi saint (Se souvenir de l'enterrement de Jésus). Vient ensuite le huitième jour tout brillant - le dimanche de Pâques, où nous célébrons la résurrection de notre grand souverain sacrificateur Jésus, le Fils de Dieu (Hébreux 4,14). Cette période de l'année nous rappelle que nous sommes bénis pour toujours "avec toutes les bénédictions spirituelles dans le ciel par le Christ" (Éph. 1,3).

Oui, nous vivons tous des moments d'incertitude. Mais nous pouvons nous souvenir de la grandeur de Dieu qui nous bénit en Christ. Comme un fleuve puissant dont les eaux vont de la source jusque loin dans le pays, le nom de Dieu ouvre la voie au monde. Bien que nous ne réalisions pas pleinement cette direction, nous sommes émerveillés par ce qui nous est réellement révélé. Dieu nous donne vraiment sa bénédiction. La semaine sainte nous le rappelle.

Même si le peuple d'Israël a entendu la bénédiction sacerdotale d'Aaron et s'est sans doute senti encouragé par cela, il a vite oublié les promesses de Dieu. Cela était dû en partie aux limites, voire aux faiblesses, du sacerdoce humain. Même les meilleurs et les plus fidèles prêtres d'Israël étaient mortels. Mais Dieu a attendu quelque chose de mieux (un meilleur grand prêtre). La lettre aux Hébreux nous rappelle que Jésus, qui est toujours vivant, est notre souverain sacrificateur permanent:

Par conséquent, il peut à jamais sauver ceux qui viennent à Dieu par lui, car il vit toujours pour les défendre. Un tel grand prêtre nous convenait également: un saint, innocent et immaculé, divorcé des pécheurs et plus haut que le ciel [...] (Hébreux 7, 25-26; Zurich Bible).

L'image d'Aaron, qui étend ses bras en bénédiction sur Israël, fait référence à un grand prêtre encore plus grand, Jésus-Christ. La bénédiction que Jésus donne au peuple de Dieu va bien au-delà de la bénédiction d'Aaron (il est plus complet, plus puissant et plus personnel):

Je mettrai mes lois dans leurs esprits et les écrirai dans leurs cœurs et je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. Et personne n'enseignera plus à son concitoyen ou à son frère avec les mots: Connais le Seigneur! Parce que tout le monde me connaîtra, du plus petit au plus grand. Parce que je veux être miséricordieux avec leurs actes injustes et ne plus me souvenir de leurs péchés (Hébreux 8,10: 12; Bible de Zurich).

Jésus, le Fils de Dieu, parle d'une bénédiction de pardon qui nous réconcilie avec Dieu et rétablit l'équilibre de notre relation brisée avec lui. C'est une bénédiction qui entraîne un changement qui touche nos cœurs et nos esprits. Cela nous prépare au suivi et à la communion les plus intimes avec le Tout-Puissant. Par le Fils de Dieu, notre frère, nous reconnaissons que Dieu est notre Père. Par son Saint-Esprit, nous devenons ses enfants bien-aimés.

Lorsque je pense à la semaine sainte, une autre raison me vient à l’esprit si cette bénédiction revêt une grande importance pour nous. Quand Jésus est mort sur la croix, ses bras étaient étendus. Sa précieuse vie nous a été sacrifiée comme une bénédiction, une bénédiction éternelle reposant sur le monde. Jésus a demandé au Père de nous pardonner dans tous nos péchés, puis il est mort pour vivre.

Après sa résurrection et peu de temps avant son ascension, Jésus a donné une autre bénédiction:
Mais il les conduisit à Béthanie et leva les mains et les bénit, et quand il les bénit, il s'en sépara et monta au ciel. Mais ils l'adorèrent et retournèrent à Jérusalem avec une grande joie (Luc 24,50-52).

Essentiellement, Jésus a dit à ses disciples d'hier et d'aujourd'hui: «Je te bénis et je te garde, je laisse mon visage briller sur toi et je te suis gracieux; Je lève mon visage vers toi et je te donne la paix. »

Puissions-nous continuer à vivre sous la bénédiction de notre Seigneur et Rédempteur, quelles que soient les incertitudes que nous rencontrions.

Avec un regard fidèle à Jésus, je vous salue,

Joseph Tkach
Président GRACE COMMUNION INTERNATIONAL


pdfLa bénédiction de Jésus