The Gospel - un article de marque?

223 the gospel un article de marque In einem seiner frühen Filme sagt John Wayne zu einem anderen Cowboy: »Ich mag die Arbeit mit dem Brandeisen nicht – es tut weh, wenn man an der falschen Stelle steht!» Seine Bemerkung fand ich recht lustig, doch sie brachte mich auch dazu, darüber nachzudenken, wie Kirchen das Evangelium durch unangemessene Verwendung von Vermarktungstechniken wie z.B. die intensive Werbung für Markenprodukte schädigen können. In unserer Vergangenheit suchte unser Gründer nach einem starken Verkaufsargument und machte uns zur «einzig wahren Kirche». Diese Vorgehensweise beeinträchtigte die biblische Wahrheit, da das Evangelium neu definiert wurde, um den Markennamen zu fördern.

Impliqué dans le travail de Jésus pour répandre son évangile

Notre vocation en tant que chrétiens n'est pas de commercialiser un produit de marque, mais de participer au travail de Jésus avec l'aide du Saint-Esprit et de répandre l'évangile dans le monde entier à travers l'Église. L'évangile de Jésus aborde plusieurs choses: comment le pardon et la réconciliation ont été accomplis à travers le sacrifice expiatoire de Jésus; comment le Saint-Esprit nous renouvelle (et ce que signifie mener une nouvelle vie); la nature de notre vocation de disciples de Jésus rejoignant sa mission mondiale; et l'espoir certain que nous appartiendrons pour toujours à la communauté que Jésus a avec le Père et le Saint-Esprit.

Il existe des domaines d’application, bien que limités, dans lesquels le marketing (y compris l’image de marque) est utile pour exercer le ministère auquel l’évangile a été appelé. Par exemple, nous pouvons utiliser des logos, des pages Web, des médias sociaux, des bulletins, des lettres d'information, des symboles, des lettres d'information et d'autres moyens de communication qui nous aident à diffuser le message de Jésus et à éveiller la foi en l'homme. En tout état de cause, de tels moyens devraient être utiles et ne pas nous décourager d'être légères et salées dans nos communautés de citoyens. En ce sens, je ne suis pas contre le marketing bien appliqué, mais je voudrais aussi lancer un appel à la prudence et l'associer à une perspective.

Appel à la prudence

Laut der Definition von George Barna ist Marketing «ein Sammelbegriff, der alle Aktivitäten einschliesst, die dazu führen, dass sich zwei Parteien darüber einig werden, Güter von adäquatem Wert auszutauschen» (in A Step by Step Guide to Church Marketing; dt: Schrittweise Einführung ins Kirchen-Marketing). Barna erweitert den Begriff Marketing, indem er Aktivitäten wie Werbung, Öffentlichkeitsarbeit, Strategische Planung, Kundenbefragung, Vertriebswege, Spendenbeschaffung, Preispolitik, Visionskonzeption und Kundendienst als Elemente des Marketings hinzufügt. Dann schliesst Barna: «Wenn diese Elemente sich in einer Transaktion zusammenfinden, die die beteiligten Parteien zu einem Austausch von Gütern adäquater Werte veranlasst, so schliesst sich der Marketingkreis». Lassen Sie uns die Vorstellung von einem Austausch mit Gütern von adäquaten Wert eine Weile im Gedächtnis halten.

Il y a seulement quelques années, certains de nos pasteurs ont étudié un livre bien connu rédigé par un dirigeant d'une méga-église de Californie du Sud. Le message essentiel du livre était que vous pouviez offrir aux gens et à leurs communautés quelque chose qu’ils accepteraient avec enthousiasme si vous vendiez votre église d’une manière spécifique. Certains de nos pasteurs ont essayé les techniques de marketing recommandées et ont été déçus car leur nombre de membres n'a pas augmenté.

Mais devrions-nous commercialiser l'évangile (et nos communautés) comme Walmart et Sears commercialisent leurs produits - ou même appliquer des méthodes de marketing que des communautés spécifiques utilisent pour générer une croissance numérique? Je pense que nous sommes d’accord sur le fait que nous n’avons pas à louer l’Évangile comme un produit de consommation de grande valeur. Ce n’était certainement pas ce que Jésus avait à l’esprit quand il nous a confié la mission de proclamer l’Évangile dans le monde et de faire des disciples de tous les horizons.

Wie der Apostel Paulus niederschrieb, wird das Evangelium oft von entschieden weltlich orientierten Menschen als reaktionär oder verdummend dargestellt (1. Korinther 1,18-23) und schon gar nicht als attraktiver, hochbegehrter Konsumartikel angesehen. Als Nachfolger Jesu sind wir nicht fleischlich gesinnt, sondern geistlich gesinnt (Römer 8,4-5). Sicherlich sind wir darin nicht perfekt, aber durch den Heiligen Geist sind wir nach Gottes Willen ausgerichtet (und folglich auch auf sein Werk). So verstanden, überrascht es nicht, dass Paulus gewisse «menschliche» (weltliche) Techniken zur Verbreitung des Evangeliums zurückwies:

Puisque Dieu nous a confié cette tâche dans sa grâce, nous ne perdons pas courage. Nous rejetons toutes les méthodes de proclamation sans scrupules. Nous n'essayons pas de duper quelqu'un et nous ne déformons pas la Parole de Dieu, mais nous disons la vérité devant Dieu. Ceci est connu de tous ceux qui ont un cœur sincère (2, Corinthians 4,1-2, Nouvelle vie). Paul a rejeté l'utilisation de méthodes qui réussiraient à court terme, mais aux dépens de l'évangile. Le seul type de succès qu'il souhaitait dans la vie et dans le service était le résultat du lien avec le Christ et l'évangile.

Einige Werbeversprechen von Kirchen, die das Evangelium wie ein Erfolgsrezept anpreisen, klingen wie folgt: «Kommen Sie in unsere Kirche und Ihre Probleme werden gelöst. Sie werden Gesundheit und Wohlstand erlangen. Sie werden reich gesegnet werden». Die versprochenen Segnungen haben typischerweise mit Macht, Erfolg und Wunscherfüllung zu tun. Der Zucker-und-Peitsche-Effekt setzt ein, wenn die Interessierten mit den erforderlichen Bedingungen bekannt gemacht werden – wenn es um Dinge wie ein hohes Glaubensniveau geht, um die Teilnahme an einer Kleingruppe, Zahlung des Zehnten, aktive Beteiligung an einem Dienst der Kirche, oder der Einhaltung von bestimmten Zeiten für Gebet und Bibelstudium. Obwohl diese hilfreich für das Wachstum in der Nachfolge Jesu sind, so kann doch nichts davon Gott bewegen, dass er wohlwollend unsere Wünsche im Austausch von Dingen erfüllt, die er angeblich von uns erwartet.

Publicité déloyale et marketing frauduleux

Dénigrer les gens avec des déclarations qu'ils pourraient venir à Dieu pour exaucer leurs souhaits est une publicité malhonnête et un marketing frauduleux. Ce n'est rien d'autre que du paganisme sous une apparence moderne. Christ n'est pas mort pour satisfaire nos désirs de consommateur égoïste. Il n'est pas venu pour nous garantir la santé et la prospérité. Au lieu de cela, il est venu pour nous recevoir dans la relation de bienveillance avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit et pour nous donner la paix, la joie et l'espoir, qui sont les fruits de cette relation. Cela nous renforce avec l'amour cher et changeant de Dieu pour aimer et aider les autres. Ce type d'amour peut être ressenti par certains (et peut-être même beaucoup) comme étant intrusif ou offensant, mais il indique toujours la source de cet amour salvateur, réconciliant et changeant.

Devrions-nous commercialiser l'évangile comme un objet d'échange d'une valeur suffisante entre deux parties convenues d'un commun accord? Certainement pas! L'évangile est un cadeau pour tous par la grâce de Dieu. Et tout ce que nous pouvons faire est d’accepter le cadeau avec les mains vides et fracturées - en acceptant avec reconnaissance les bénédictions comme appartenant à Dieu. La communion de grâce et d'amour s'exprime à travers une vie d'adoration reconnaissante - une réponse renforcée par le Saint-Esprit, qui a ouvert nos yeux et repris notre fierté et notre révolte indépendance pour vivre pour la gloire de Dieu.

Un échange merveilleux

Gardant ces pensées à l'esprit, je voudrais souligner que dans nos vies dans et avec le Christ et à travers le Saint-Esprit, un échange d'un type spécial, un échange vraiment merveilleux a eu lieu. S'il vous plaît lisez ce que Paul a écrit:

Ich bin mit Christus gekreuzigt. Ich lebe, doch nun nicht ich, sondern Christus lebt in mir. Denn was ich jetzt lebe im Fleisch, das lebe ich im Glauben an den Sohn Gottes, der mich geliebt hat und sich selbst für mich dahingegeben (Galater 2,19b-20).

Nous donnons notre vie pécheresse à Jésus et il nous donne sa vie de justice. Quand nous abandonnons nos vies, nous trouvons sa vie qui travaille en nous. Lorsque nous plaçons notre vie sous la domination du Christ, nous trouvons le but véritable de notre vie, non plus de vivre nos aspirations, mais d'accroître la gloire de Dieu, notre Créateur et notre Rédempteur. Cet échange n'est pas une méthode de marketing - il se fait par grâce. Nous communions pleinement avec Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et Dieu nous reçoit de tout cœur. Nous recevons le caractère juste de Christ et il enlève tous nos péchés et nous donne un pardon complet. Ce n'est certainement pas un échange de biens d'une valeur adéquate!

Chaque croyant en Christ, homme ou femme, est une nouvelle créature - un enfant de Dieu. Le Saint-Esprit nous donne une nouvelle vie - la vie de Dieu en nous. En tant que nouvelle créature, le Saint-Esprit nous amène à nous impliquer de plus en plus dans le parfait amour du Christ pour Dieu et pour l'homme. Lorsque notre vie est en Christ, nous participons à sa vie, tant dans la joie que dans l'amour compatissant. Nous sommes partenaires de ses souffrances, de sa mort, de sa justice, ainsi que de sa résurrection, de son ascension et enfin de sa glorification. En tant qu'enfants de Dieu, nous sommes les cohéritiers avec Christ, absorbés dans sa relation parfaite avec son Père. À cet égard, nous sommes bénis par tout ce que Christ a fait pour que nous devenions les enfants bien-aimés de Dieu, unis à lui - dans la gloire pour toujours!

Plein de joie pour ce merveilleux échange,

Joseph Tkach

Président
GRACE COMMUNION INTERNATIONAL


pdfThe Gospel - un article de marque?